Ventes aux enchères

Suzanne Belperron and Aimée de Heeren: a friendship, a necklace, a rediscovery

Pour lire cet article en français, veuillez cliquer sur ce lien 

Recently, the market has seen a brief reappearance of a necklace by Suzanne Belperron which we had long lost track of. The experts looked at this piece with respect and admiration - and in particular the most famous of them Olivier Baroin, who was kind enough to share his impressions with us and unearth for us the too-often forgotten Aimée de Heeren, a dear friend of Suzanne Belperron, and also a great customer who dreamed of owning this necklace.

Suzanne Belperron at her desk, circa 1945. Olivier Baroin Archives

“It is an exceptional piece, from a private European collection, which I had never seen other than in a photograph carefully kept in the personal archives by the designer herself”, explains Olivier Baroin, expert for Suzanne Belperron and keeper of the designer’s own archives. “This necklace is without a doubt not a unique piece, it is one of those that was created at the end of the 1930’s and then reproduced by the designer over decades”. How many of these necklaces might exist? Difficult to be certain according to the expert…” Other pieces will probably resurface onto the market once this one has been revealed to both the press and the public. I cannot imagine that a piece of jewelry such as this would have been taken apart when handed down to any heirs: the esthetic of this necklace, itself a true work of art, supersedes in this instance its intrinsic value.”

Designed as a partially articulated collar composed of two conical motifs suspending five curved bands, set in alternation with cushion-shaped diamonds, inner circumference approximately 370mm, French assay marks for 18 carat gold (750/00), gross weight approximately 132.30 grams, some restoration. The five curved bands are articulated, and the maker’s mark is located at their center, on the second curved gold band. There is only a trace of this maker’s mark present - when it was struck, it slipped, and only one end of the lozenge-shaped mark was reproduced. The expert Olivier Baroin located the end of this lozenge, and within it the word ‘Sté’ (short for ‘société‘, which is roughly the equivalent of ’Ltd.’ in English company names). He recognized it as a mark for the makers Groené et Darde, meaning that the piece was manufactured for Suzanne Belperron between 1942 and 1955. Accompanied by a certificate of authenticity from Monsieur Olivier Baroin. Cf.: Sylvie Raulet & Olivier Baroin, Suzanne Belperron, Paris, 2011, p. 211, For an image of an identical necklace.

Influenced by the growing interest in African art that was enthusiastically collected by French artists at the start of the 20thcentury, Suzanne Belperron designed this signature necklace at the end of the 1930’s. The below drawing depicts a more slender variation of the necklace to be sold this Spring; although in this example, twisted strand of gold and diamonds, a characteristic of Belperron’s style, have replaced the gold studs.

Gouache, project for a necklace, bracelets and earrings “Africains”, yellow gold, platinum and diamonds. Archives Olivier Baroin. see: Sylvie Raulet and Olivier Baroin, Suzanne Belperron, Paris, 2011, P. 210.

We find an identical example of the necklace being offered sale in two adverts published in 1948, one in Femina, the other in Vogue, for Maison Herz-Belperron, as seen in the illustration below.

Advertisement in Vogue 1948, countersigned by the designer herself. @Archives Olivier Baroin

This necklace captivated many of the celebrities who followed the designers of their time very closely and in doing so had great influence on their reputations. Among those influential celebrities, Aimée de Heeren was one of the most important.

Aimée de Sá Sottomaior wearing a dress by Christian Dior, at the time designer for Robert Piguet, in the spring of 1939 at the reception of Lady Mendl’s (Elsie de Wolfe) Circus Ball at the Villa Trianon. From the exhibition Elegance in the Age of Crisis, Fashion of the 1930’s. This exhibition included a certain number of pieces of couture clothing that had once belonged to Aimée. @By The Museum at FIT, NYC.

Aimée de Heeren (circa 1903-2006), ravishing socialite of Brazilian origin famous for her beauty, her originality, her taste and her elegance, had an exceptional collection of jewelry (it is said that the Duke of Westminster, at the same time that he was Coco Chanel’s lover, gave Aimée gifts of jewelry that had once belonged to the Empress Eugénie). In December 2007, the New York Times paid homage to her with these words: “when she died last year at 103, Aimee de Heeren — of New York; Palm Beach, Fla.; Paris; and Biarritz, France — became one more lost link to an earlier age of social grace and high society".

Aimée Rodman de Heeren and her daughter Christina in Biarritz. Aimée remarried in 1941. Her husband, Rodman Arturo de Heeren was heir to the Wanamaker department store fortune. @Getty images. Henry Clarke.

Always on the lookout for the talented of her time, Aimée de Heeren was one of Suzanne Belperron’s most important clients. “We can even go so far as to say that she and Suzanne Belperron were friends”, explains Olivier Baroin.

Aimée in 1939 photographed by Horst P. Horst
Suzanne Belperron at her desk at the end of the 1930’s @Archives Olivier Baroin

The importance of their correspondence, now kept in the designer’s personal archives, is testimony to a friendship that went beyond the communication relating to orders for pieces of jewelry.

Aimée de Heeren was a great admirer of the work of Suzanne Belperron. She supported the project for a book on the oeuvre of the jewelry designer, which would have been the crowning achievement of Belperron’s career. It is, in fact, for this project, which would have seen Hans Nadelhoffer as the author, that the designer assembled her order books and memorabilia. It was Aimée de Heeren who gave Suzanne Belperron the equipment with which to record her memoires and offered support for her friend to have an exhibition at New York’s Metropolitan Museum of Art.

A page from Suzanne Belperron’s order book dated November 1970, which shows the number of pieces of jewelry by Belperron owned by Aimée de Heeren! @Archives Olivier Baroin

In the postscript of a letter sent from the Hôtel Meurice (in the beginning of the 1980’s) to her “dear friend”, Aimée de Heeren describes, in no uncertain terms, the African inspired necklace that she had seen years earlier with Bernard Herz, the memory of which had remained amazingly clear: “if while you are going through your drawings, you happen upon one of that wonderful gold necklace with diamonds (of African inspiration?), which had those large gold studs that I had seen at Herz’s in 1939.(…) It was really wonderful. Would you be able to reproduce it? A gold necklace for the evening that is original and not those horrors that one usually sees is so rare”.

Letter from Aimée de Heeren to Suzanne Belperron. @Archives Olivier Baroin

It's moving that the reappearance of this necklace brings to life a whole part of Suzanne Belperron's life and in particular her friendship with Aimée de Heeren, a worldly socialite embodying a past period.

 

Galerie La Golconde - Olivier Baroin
9, Place de la Madeleine. 75008 Paris.
Tel : + 33 (0) 1 40 07 15 69

Suzanne Belperron, Sylvie Raulet et Olivier Baroin,
La Bibliothèque des Arts (version française), 2011.
Antique Collector’s Club (version Anglaise)

Les bijoux de Suzanne Belperron, Patricia Corbett, Ward and Nico Landrigan, Karl Lagerfeld, Thames & Hudson, 2015.

 

 


Le grenat démantoïde, un rayon vert venu de l'Oural

Par Marie-Laure Cassius-Duranton.

EXCEPTIONNELLE COLLECTION DE GRENATS DEMANTOIDES ET ANDRADITES @ Osenat

La vente d’une exceptionnelle collection de grenats démantoïdes de Russie chez Osenat à Fontainebleau le 9 juin prochain est l’occasion de faire découvrir cette gemme prestigieuse peu connue du monde de la joaillerie. La collection consiste en un ensemble de dix-huit gemmes d'un poids total de 22,21 ct, réunies dans un écrin de la fin XIXème ou début XXème siècle.

GRENATS DEMANTOIDES ET ANDRADITES certifiés d’origine russe par le laboratoire GemParis. Les gemmes sont de diverses tailles et sans modification ou traitement observés. Cette collection comprend : quinze grenats démantoïdes de taille ancienne de type coussin, ronde, ovale et poire. Poids individuels : 4,08 - 3,36 - 1,82 - 1,68 - 1,49 - 1,33 - 1,23 - 0,99 - 0,98 - 0,63 - 0,58 - 0,42 - 0,42 - 0,40 - 0,09 carats pour un poids total de 19,55 carats. Et trois grenats andradites de taille ancienne type ronde ou ovale. Poids total : 2,66 carats. Dimensions de l'écrin : 6,5 x 5,2 x 1 cm. Collection présentée dans son écrin rouge, fin XIXe ou début XXe siècle, marqué «Demantoid» et signé «SCHWARZ & STEINER Juweleire Wien Karnthnerstr 10». Provenant d’une famille de gemmologues sur deux générations. Cette collection, estimée entre 30.000 et 50.000 €, fut adjugée tous frais inclus 42 500 €. @Osenat

Sur le marché des gemmes, le démantoïde est le grenat le plus rare et le plus recherché.

Contrairement aux idées reçues, les grenats ne sont pas toujours rouges. Ils existent en fait dans toutes les couleurs et forment un groupe minéral composé de six espèces différentes dans leurs compositions chimiques mais partageant la même structure (isomorphisme)

Le groupe minéral des grenats. Rangée du haut, de gauche à droite: grossulaire ovale jaune de 16,94 ct ; spessartite orange rond de 19,89 ct ;  rhodolite rose foncé de 44,28 ct; pyrope-spessartite taille coussin de 16,99 ct ;  tsavorite taillé en coussin de 7,26 ct. Rangée du bas, de gauche à droite: grossulaire andradite ovale de 8,20 ct; grossulaire jaune-orangé ovale de 12,36 ct ; rhodolite taille poire de 9,22 ct ; grossulaire vert pâle de taille coussin  de 14,53 ct et démantoïde de 4,32 ct. @Photographed from the GIA Collection for the CIBJO project.

On rencontre deux types différents de grenats verts : la tsavorite, variété verte de l’espèce grossulaire découverte au début des années 1970 dans le parc Tsavo au Kenya, et le démantoïde qui est la variété verte de l’espèce andradite. Ce dernier est un silicate de calcium et de fer qui cristallise dans le système cubique.

Cristaux démantoïdes de 2 cm provenant d’Antetezambato (Madagascar). Spécimen de Daniel Trinchillo (Fine Minerals International). Photo de James Elliott.

Brut, il se présente le plus souvent sous forme de rhombododécaèdre. Il est intrinsèquement coloré par le fer. Il peut être vert-jaune à vert-bleu. La couleur la plus recherchée, le vert pur très saturé lumineux à profond, est rarissime et est due à des impuretés de chrome.

Cristaux de démantoïde sur matrice, 3,6 cm, d’Antetezambato (Madagascar). Spécimen de Daniel Trinchillo (Fine Minerals International). Photo de James Elliott.

Cette gemme a été découverte pour la première fois en Russie vers 1853 dans les montagnes de l’Oural, dans la région d’Ekaterinbourg, près du village de Nizhny Tagil, notamment dans le gisement alluvionnaire de Bobrovka. Lors de sa découverte, cette gemme fut d’abord confondue avec l’émeraude et la « chrysolite », terme ancien et désuet désignant indifféremment le péridot et le chrysobéryl, avant d’être déterminée scientifiquement en 1864 par le minéralogiste finlandais Nils Gustaf Nordenskiold (ou Nordensheld) qui l’identifie comme grenat andradite vert chromifère. Il lui donne le nom de « démantoïde », terme dérivant de « demant » qui signifie « diamant » dans les langues germaniques anciennes, en référence à son éclat adamantin (comparable à celui du diamant) et surtout à sa dispersion (supérieure à celle du diamant). Cette découverte est publiée officiellement en 1878.

Dans la continuité de Nordenskiold, certains gemmologues comme Heja Garcia du laboratoire GemParis, qui a effectué l’analyse de la collection, considèrent que seuls les andradites verts chromifères ont droit à l’appellation de « démantoïde ». C’est aussi la définition que Poirot et Bariand donnent dans le Larousse des Pierres précieuses (1985), ainsi que François Farges dans Minéraux et pierres précieuses (2013). Cette distinction entre démantoïde (coloré par le fer et le chrome) et andradite vert (coloré uniquement par le fer) n’est pas partagée par tous et le plus souvent tous les andradites verts sont appelés « démantoïdes ». C’est notamment la position d’Emmanuel Fritsch dans le Gemmes de l’Association Française de Gemmologie (2013) et de Jean-Claude Boulliard dans Pierres précieuses, guide pratique d’identification (2015).

Quelques mots sur la géologie du démantoïde

En Russie, les démantoïdes se forment principalement dans des veines de serpentine asbestifère riche en chrome et se caractérisent par des inclusions de fibres de chrysotile (une variété d’asbeste) fibroradiées dites en « queues de cheval » car elles se présentent en touffes.

Inclusion de fibres de chrysotile dans un démantoïde russe. @LFG

Bien que ce minéral ne soit pas très dur (6,5 à 7 sur l’échelle de Mohs) et relativement fragile, on le trouve aussi bien en gîte primaire que secondaire. Historiquement, la production a toujours été erratique et effectuée essentiellement par des mineurs illégaux. Aujourd’hui, d’après Alexey Burlakov de Tsarina Jewels, ce sont surtout les mines de Korkodin et Poldnevaya qui produisent des démantoïdes en quantité notable pour le marché. Pour la mine de Poldnevaya, connue depuis 1879, la production actuelle de démantoïdes qualité gemme est estimée entre 300 et 1000 ct par mois. Pour enlever la nuance secondaire de brun, certaines gemmes doivent être chauffées.

En dehors de la Russie, on trouve des démantoïdes en Italie du nord dans la région du Val Malenco et surtout, depuis une vingtaine d’années, d’autres gisements ont été découverts notamment en Iran, en Namibie (Green Dragon Mine) et dernièrement à Madagascar (Antetezambato), ce qui a permis d’alimenter le marché. Mais ils ont rarement une aussi belle couleur que les démantoïdes russes.

Du point de vue des critères d’évaluation, la couleur verte, pure, lumineuse à intense est la plus recherchée.

Andradite (var. Démantoïde). photo Harold and Erica Van Pelt. @ Smithsonian Institution

La pureté est importante, mais la présence des « queues de cheval », quand elles n’affectent pas la transparence de la gemme, est très appréciée car associée à l’origine géographique la plus prestigieuse, c’est-à-dire la Russie (en fait, on peut aussi en observer dans les démantoïdes du Canada ou du Pakistan par exemple…).

Les démantoïdes qualité gemme d’une masse supérieure à un carat sont extrêmement rares : le prix au carat augmente donc de manière spectaculaire avec la masse à critères comparables. Ainsi, le démantoïde de 11,24 ct conservé depuis 2011 à la Smithsonian Institution de Washington, remarquable par sa couleur, est exceptionnel et l’un des plus gros connus.

Aux enchères, les démantoïdes sont rares. Une paire de démantoïdes russes montés en pendants d’oreilles pesant respectivement 5,93 ct et 5,61 ct a été adjugée 780.000 $ chez Christie’s à Hong Kong en mai 2018. Il s’agit d’un record mondial.

Hong Kong, Christie's Magnificent Jewels, 29 May 2018.

En joaillerie, la période allant de 1875 à 1917 a été la plus faste pour le démantoïde.

Les gemmes de masse supérieure à 1ct étant rarissimes, le démantoïde a surtout été employé comme mêlée pour les entourages et pavages ou en pierres calibrées.

On le rencontre dans la joaillerie russe, notamment chez Fabergé, mais c’est surtout en Europe occidentale et aux Etats-Unis qu’il a connu le succès. Sa couleur verte intense et sa remarquable vivacité ont particulièrement inspiré les joailliers. En Angleterre, les bijoux naturalistes figurant des insectes ou des reptiles sont souvent pavés de démantoïdes.

Broche scarabée en or serti de diamants et de démantoïdes, travail anglais, vers 1900, Wartski
Broche sauterelle, de style édouardien, vers 1910. @ Skinner

George Frederick Kunz (1856-1932), célèbre minéralogiste américain et gemmologue de la maison Tiffany & Co à partir de 1879, se prend de passion pour cette gemme et en achète autant qu’il peut pour alimenter les créations de la maison.

Cette gemme est ainsi omniprésente dans les créations de George Paulding Farnham (1859-1927) :

George Paulding Farnham pour Tiffany, broche iris saphirs du Montana, diamants et demantoides. Exposition universelle de Paris en 1900. Don de Tiffany & Co en 1988 au Walters Art Museum, Baltimore.

... puis dans celles de Louis Comfort Tiffany (1848-1933). Inspiré par l'accord de couleurs particulièrement vibrant entre le démantoïde et l'opale noire d'Australie (découverte vers 1900 dans les gisements de Lightning Ridge), Louis Comfort Tiffany a créé à partir de 1902 des bijoux de facture naturaliste illustrant merveilleusement le mouvement Arts & Crafts.

Louis Comfort Tiffany, vers 1915. Broche en or et platine, sertie d'une opale noire d'Australie, de saphirs, grenats spessartites et démantoïdes. @ Sotheby's New-York, décembre 2010.
Collier en or et émail, serti de deux opales noires, de grenats démantoïdes et de saphirs. Louis Comfort Tiffany, Tiffany & Co. Christie's New-York, Magnificent jewels, 20 juin 2017.
Broche en or jaune, sertie d'une opale noire, de saphirs  et de grenats démantoïdes. Louis Comfort Tiffany, Tiffany & Co. Christie's New-York, Magnificent jewels, 20 juin 2017.

Le grenat démantoïde a également été interprété de manière atypique par le joaillier américain Marcus & Co : simplement poli sous forme de perles ou de cabochons, ce qui est inhabituel car en général on cherche plutôt à mettre en valeur sa brillance et ses feux par une taille à facettes.

Marcus & Co, gouaché, Siegelson

 

Marcus & Co, collier draperie en or, émail à jour, perles et démantoïdes, vers 1900, Siegelson

En France, ce sont surtout les joailliers de l’Art Nouveau qui l’ont utilisé.

"Through the eyes of a connoisseur" (TM). Pendentif serti d'opales et de pierres précieuses de Vever  © Albion Art Jewellery Institute, Photo Tsuneharu Doi

Après la Révolution Russe de 1917, la production cessa et la gemme disparut presque complètement du marché pour réapparaître sporadiquement.

Aujourd’hui, le démantoïde est une gemme discrète mais prestigieuse. Généralement utilisée comme gemme « secondaire », elle est le signe d’un certain raffinement et d’un goût pour la distinction. En joaillerie, on ne l’utilise que sur les pièces uniques. La Maison Boivin est l’une des rares maisons à l’avoir toujours utilisée.

Broche « bucrane » en or serti de diamants, rubis calibrés et démantoïdes, Boivin vers 1940. Christie’s New-York, Magnificent jewels. 22-23 octobre 2001.
Sotheby's Magnificent jewels and noble jewels. 11 novembre 2015. Genève. Lot 52. Boivin, broche « botte de radis » en or serti de diamants, rhodochrosites et démantoïdes, 1985. Création de Marie-Caroline de Brosses.

Récemment, des signatures exclusives comme Hemmerle ou JAR l’ont particulièrement mise à l’honneur.

Hemmerle, pendants d’oreilles en grenats démantoïdes

 

Par Marie-Laure Cassius-Duranton.
Historienne d'Art, gemmologue, professeur au Laboratoire Français de Gemmologie ainsi qu'à l'Ecole des Arts Joailliers.

Bibliographie :

Wim Vertriest, « Update on Russian Demantoid Production », in Gems & Gemology, Spring 2018, Vol. 54, No. 1.

InColor, Summer 2017.

Pierre-Yves Chatagnier, « Le traitement thermique de l’andradite », DUG 2012, Université de Nantes (site de Gemnantes.fr)

Wm. Revell Phillips & Anatoly S. Talantsev, « Russian Demantoid, Czar of the Garnet Family », in Gems & Gemology, Summer 1996, Vol. 32, No. 2.

Pezzotta, Federico. (2010). Andradite from antetezambato, North Madagascar. Mineralogical Record. 41. 209-229.

 

visuel de "une" : Louis Comfort Tiffany vers 1905, Sotheby's New-York, Important jewels, 24 septembre 2013. Lot 352. Bague en or, émail vert et orné en son centre d'un grenat démantoïde d'environ 3,50 carats.


The renaissance of Suzanne Belperron : an interview with Olivier Baroin

This article is a translation by Claudine Seroussi of : Suzanne Belperron, histoire d'une consécration. Entretien avec Olivier Baroin 

"Suzanne Belperron is the most talented and influential jewelry designer of the twentieth century," said David Bennett, now Global President of Sotheby's International Jewelry Division, when he opened the auction on May 14, 2012 in Geneva of "the personal collection of one of the greatest jewelers of the 20thcentury: Suzanne Belperron (1900-1983)".

The sale was comprised of 60 lots, all of which sold, for the most part, at exceptional prices – on average three times their estimate.

‘Jewels from the Personal Collection of Suzanne Belperron’. Sotheby’s. Lot 59. A carved rock crystal, white gold and platinum brooch of scrolling design set with diamonds, Suzanne Belperron, 1932-1955. Makers mark for Groëné et Darde. Estimate: 45,000 – 72,000 CHF (37,537 – 60,060 EUR). Hammer price: 302,500 CHF (252,355 EUR). An iconic piece of innovative and avant-garde design that the designer loved to wear. It sold for four times the high estimate.
Jewels from the Personal Collection of Suzanne Belperron. Sotheby’s. Lot 60. A rock crystal and diamond ring, circa 1935. This ring is set with a 12-carat marquise-cut diamond and is without maker’s mark. With an estimate of 45,000 – 72,000 CHF, it sold for 464,5000 CHF (506,000 USD), more than 6 times the high estimate. It was the most expensive piece in the sale. It was acquired by the renowned gallerist Siegelson, who presented it at that autumn at the 2012 Biennale des Antiquaires in Paris with a price tag of 921,500 USD. The journey of this ring is a testament to its aesthetic value and iconic Belperron design.

At the December 5, 2018, Christie’s ‘Magnificent Jewels’, sale in New York, a platinum and gray gold “Tube” bracelet set with old-cut diamonds, designed by Suzanne Belperron in 1935 as confirmed in her personal archives, appeared at auction. It had an estimate of 200,000 – 300,000 USD and was sold for 852,500 USD. Today, Suzanne Belperron is ranked amongst the greatest names in jewelry: Cartier, Van Cleef & Arpels, Boucheron, Chaumet… and collectors of her work push the prices for her pieces ever higher to record levels.

Christie’s Head of Jewellery in the Americas Daphne Lingon explains, "iIf you think of when these pieces were made in the 1930s and ’40s, they transcend the time period in which they were created, revealing a confident, bold and brave visionary." And she adds : “It has been a true honor to have been a part of this journey with this masterpiece by Suzanne Belperron, from researching and identifying the bracelet, to the excitement surrounding the sale. All of this culminating with a new world auction record for a Belperron jewel and we are delighted with this stellar result.”
A Jean Herz-Suzanne Belperron advert that appeared in French Vogue in February 1948. It is one of the first advertisements published after the establishment of Suzanne Belperron and Jean Herz company in the post war years, and which mentions the name of the designer.
Suzanne Belperron personal archives. Advertisement in Vogue in 1948, original page personally countersigned dating the illustrated bracelet from 1935. On the right side of the page, the certificate of this bracelet expertised by Olivier Baroin.

This crowning glory is the fruit of a very long journey.

Recognized, admired and highly sought after during her lifetime, Belperron’s name briefly fell into oblivion following her death. Her name reappeared in two major sales in the following years.

  • ‘The Jewels of the Duchess of Windsor’, Sotheby’s Geneva 2 – 3 April 1987, featured 16 pieces by Belperron.
The Duchess of Windsor wearing her necklace of two rows of blue chalcedony beads, with a clasp of two blue chalcedony leaves set with diamonds and cabochon sapphires. Later the Duchess transformed the necklace by replacing the two leaves with a blue chalcedony flowerhead clasp (transformable into a brooch), the center of which is set with diamonds and cabochon sapphires. A pair of blue chalcedony cuffs completed the set. Photo: Archives Olivier Baroin.
Original design for the Duchess of Windsor’s blue chalcedony parure. Archives Olivier Baroin.
At the 1987 Sotheby’s sale, the necklace (lot 123) was sold for 183,000 USD and the pair of cuffs (lot 124), sold for 146,000 USD. Seventeen years later, the necklace and cuffs appeared in the Christie’s ‘Magnificent Jewels and Jewels of Style, Personal Collection” sale in New York on October 12, 2004. The sale prices were lower than those in 1987, with the necklace achieving a price of 119,500 USD and the cuffs 117,110 USD. The set appeared at auction a third time at Sotheby’s on the 9thDecember 2015, by which time the demand for Belperron had increased. The necklace, lot 459, sold for 430,000 USD and the cuffs, lot 458, sold for 526,000 USD. It is interesting to note that in 2015 the cuffs were estimated - and then achieved - a higher price than the necklace, which is probably more a reflection of the changing taste and fashion. The successive owners of these jewels were the Duchess of Windsor, Fred Leighton and Lee Siegelson. Today the necklace is in a private collection. Photo: Sotheby’s, 2015.
The Duchess of Windsor wearing her blue chalcedony flower clip, set with diamonds and cabochon sapphires. Photo: Cecil Beaton, 1937, Sotheby’s. Olivier Baroin book p 278
  • The May 17, 2004 sale held by Pierre Bergé & Associés in Geneva which featured 62 lots entitled ‘Créations de Suzanne Belperron’.
‘Créations de Suzanne Belperron’. PB&A, Geneva May 17, 2004. Lot 226. Fan-shaped blue agate clip, set with calibré-cut sapphires and featuring a cabochon sapphire (which was chipped), mounted in gold and platinum. Makers mark for Groëné et Darde.
‘Créations de Suzanne Belperron’. PB&A, Geneva May 17, 2004. Lot 279. Cuff with a detachable clip in the form of an ammonite, set with brilliant and baguette-cut diamonds. Makers mark for Groëné et Darde.

However, it was the discovery of Belperron’s personal archives by Olivier Baroin in December 2007, followed by the publication of Baroin’s book ‘Suzanne Belperron’, co-written with Sylvie Raulet and published in 2011, that saw the return of Belperron’s name and work to the limelight. In recent years, auction houses have presented works by Belperron at auction with great fanfare, emphasizing the unique style, and artist’s soul, of this grande dame of 20thcentury jewelry.

If the life of Suzanne Belperron was a passionate one, then so too is her legacy. From the incredible discovery of her personal archives, which had been thought to have been burned, to the tensions surrounding the reattribution of her work, the transatlantic disputes over the succession of her legacy, the name of Suzanne Belperron is in no danger of being forgotten for a second time.

Olivier Baroin, expert on the work of Suzanne Belperron, is here to explain to us how this artist, who was celebrated in her lifetime yet slipped into obscurity following her death, has become lionized in the salerooms.


Le bijou rétro. Chefs-d'oeuvre d'orfèvrerie des années 40 et 50

Qu'est-ce que le "rétro" en joaillerie ? Dans les ventes, ce terme désigne un style et une mode qui va de la toute fin des années 30 à la fin des années 50. Plus précisément, il est caractéristique des années 1940-50. Par ses matériaux, par ses jeux de volume, par ses thématiques, le style rétro est un style à part entière.

Travail français vers 1940. Or, platine et diamants taille ancienne. Maison Riondet

L'expert Geoffray Riondet observe que "ce type de bijou ancien immédiatement reconnaissable fait aujourd’hui l’objet d’un regain d’intérêt".

Et en effet ! Des pièces de joaillerie rétro figuraient en bonne place à la Tefaf ("The European Fine Art Fair") de Maastricht en mars dernier, on en retrouvait aux Magnificent Jewels de Christie's et Sotheby's à  Genève mi-mai et les voici également  dans la vente des Fine jewels de Christie's Paris du 6 juin, mais également dans celle de Baron Ribeyre et Associés à Drouot le 5 juin ainsi que chez des marchands spécialisés dans le bijou ancien... Le "regain d'intérêt" est là et bien là.

De gauche à droite, de haut en bas : Broche en or et diamants Boucheron, circa 1950; Bracelet en or Boucheron circa 1940; Broche en or et diamants VC&A circa 1950. Sotheby's.

Eclairage sur le bijou rétro  

Dans quel contexte est apparu le bijou rétro?

L'Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne , 25 mai au 25 novembre 1937. Photo du Champs de Mars vu depuis la Tour Eiffel par François Kollar. Archives photographiques de la Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine.

En 1937, dans un contexte politique tendu, s'ouvrait à Paris l'Exposition Internationale des Arts Techniques dans la Vie Moderne. Y étaient présentées les inventions techniques d'une cinquantaine de pays supposées démontrer le progrès de la civilisation apporté par la révolution industrielle.

Dans les Arts de la Parure, l'Exposition marqua le retour de l'inspiration figurative. L'historienne Sylvie Raulet y voit la source même de l'esthétique des bijoux vedettes des années 40-50  (in Bijoux des années 1940-1950).  L'Exposition Internationale apporte ainsi une première rupture avec la période Art Déco.

CLIP RÉTRO "FIACRE" SAPHIR ET RUBIS, PAR MELLERIO DITS MELLER. 1943. Figurant un fiacre avec un cocher ponctué d'un saphir et de rubis, monture en or jaune. Christie's Paris.

L'autre explication de ce style rétro, c'est l'économie de moyen. En 1939, dès lors que la France fut engagée dans la guerre, puis assujettie à l'Occupation, les femmes durent porter une joaillerie moins luxueuse que pendant la décennie passée. La Passante du Sans-Souci remplace désormais l'insouciante Daisy des Années Folles.

Rare clip de corsage en or jaune (750 millièmes) et argent (min. 800 millièmes) « Rose à la main «, composé d’une rose découpée et assemblée, le pistil serti d’un diamant taille ancienne de forme coussin, retenue par une main en laque noir et ses bracelets bleu-vert (manques) et rehaussé de diamants taillés en rose. Travail français, vers 1938. Signé CARTIER, Paris et numéroté. Annabelle Cukierman/Baron Ribeyre & Associés/ Drouot

Quelles sont alors les caractéristiques de ces bijoux? Reflet de son époque, ce bijou se porte souvent seul - en tout cas plus en parure. Il présente toutefois un dessin original et sa taille est relativement importante.

L'or, valeur refuge, prend le relai du platine pendant une période où les matériaux précieux (et notamment le platine, justement) sont requis pour l'industrie de guerre. L'or est soumis à de lourdes contraintes commerciales et les troupes de Hitler n'hésitent pas à piller littéralement tout l'or qu'elles trouvent pour nourrir l'effort de guerre ou simplement s'accaparer des richesses.

Quant aux importations de pierres précieuses, elles deviennent rares et coûteuses. Il est significatif de constater que nombre de rubis sertis sur des pièces de ces années sont en fait des pierres synthétiques. Enfin, et en toute logique, les périodes de guerre ne sont pas propices au commerce des articles de luxe et les Maisons de joaillerie voient leur activité réduite.

C'est tout cela qui forge l'identité du bijou rétro.

Bague "Tank" vers 1940. Au cours de cette décennie, les bijoux « tank » vont faire leur apparition. Ils sont ainsi appelés car leurs maillons ressemblent à des chenilles de char d’assaut (en anglais tank). Cette bague en or jaune est ornée d'un diamant demi taille, de diamants taillés en rose et de rubis calibrés synthétiques. Travail français. Maison Riondet

Rétro versus Art Déco

Le style Rétro succède au style Art Déco des années 1920-1930. La joaillerie Art Déco se signalait principalement par ses lignes géométriques et abstraites, ses volumes en aplat, et l'utilisation massive du platine et des diamants. La joaillerie Rétro, au contraire, est majoritairement composée d'or jaune et égayée de petites pierres précieuses aux couleurs vives.

Lorsque les gemmes sont de taille plus importante, bien souvent il s'agit de pierres fines : citrines, aigues-marines, améthystes. Les volumes du bijou rétro sont tridimensionnels, si bien qu'on accole souvent le mot "sculpture" au bijou rétro. Les lignes de l'Art Déco qu'on y retrouve parfois se sont assouplies. Courbes et volutes réapparaissent. Les motifs se font plus souvent figuratifs (fleurs, animaux) et les bracelets-manchettes cachent sous leurs arrondis de savants mécanismes horlogers.

CLIP CITRINES, AMÉTHYSTES, ÉMERAUDES ET DIAMANTS, PAR BOUCHERON Figurant une fleur, les pétales sertis de citrines et d'améthystes suiffées, le pistil ponctué d'émeraudes et de diamants ronds, les feuilles en fils d'or torsadés, vers 1950. Vente Fine jewels du 6 juin 2018. Christie's Paris.

Le rétro invité d'honneur des Magnificent Jewels

Marie-Cécile Cisamolo, experte joaillerie chez Christie's Genève, explique que la Maison de vente a pu rassembler cette année pour la première fois vingt-quatre pièces "rétro" grâce tout d'abord à une collection d'une dizaine de pièces qui se trouvait en Italie. C'est de Londres qu'un des "top lot" (lot majeur) est venu enrichir ce premier apport. Enfin, de ci-de là, une véritable collection de bijoux rétro a pu être présentée. "Un véritable coup de coeur!".

Si la Maison Sotheby's présentait un nombre moins élevé de pièces des années quarante quelques chefs-d'oeuvre tout à fait emblématiques de ce style figuraient dans ses salons du Mandarin Oriental.

Gold and diamond bracelet, Mauboussin, 1940s Of jarretière design, the strap of pyramidal links, the detachable buckle set with circular-cut and baguette diamonds, Sotheby's

Comment reconnaître un bijou rétro?

Le rétro c'est de l'or d'abord!

RETRO RUBY AND DIAMOND BRACELET AND EARRING SET, BOUCHERON Calibré-cut rubies, circular and single-cut diamonds, platinum and gold (French marks), circa 1940. Christie's
Bracelet or et saphirs calibrés. Christie's

Le rétro c'est une certaine sensualité des formes 

RETRO EMERALD AND DIAMOND BROOCH, CARTIER Cabochon emeralds, circular-cut diamonds, gold, 1940s, 4.8 cm, signed Cartier, green Cartier case. Christie's.

Le rétro & l'art de la passementerie

On retrouve dans le bijou rétro tout un répertoire lié au textile : fils d'or tressés, noeuds, papilles, plissés et ajourés, dentelles et tulles. Les joailliers travaillent l'or sous toutes ses coutures.

Tirage argentique représentant un modèle de Cristobal Balenciaga pour 1948. Il s'agit d'un manteau de lainage couleur moutarde porté sur une jupe noire. Cette tenue est portée avec un bijou Van Cleef & Arpels. Librairie Diktats.
Gold, emerald and diamond necklace, 1950s. Sotheby's

 

Portrait de Madame Grès drapant un modèle sur le mannequin Muni. Photographie de Philippe Pottier. 1942. Librairie Diktats.
Gold and diamond bracelet, 1950s. The center of bombé design, set with brilliant-cut diamonds, suspending a tassel highlighted with similarly-cut diamonds, inner circumference approximately 145mm, partial French maker's marks. Sotheby's

 

Gem set and diamond demi-parure, 'Zip', Van Cleef & Arpels, 1950s. Sotheby's

Le rétro c'est bien pratique 

Bien souvent ce que l'on croit être de proéminents fermoirs renferment en fait des mécanismes horlogers bien pensés!

Montre-bracelet à mouvement mécanique Tissot, vers 1940. Christie's.

Montre-bracelet à mouvement mécanique en or, diamants et rubis synthétiques calibrés. Vers 1940. Patek Philippe.Christie's.
RETRO SAPPHIRE, DIAMOND AND GOLD BRACELET-WATCH, UNIVERSAL Calibré-cut sapphires, circular-cut diamonds, gold, mechanical movement, 1940s, Universal. Christie's

Le rétro c'est patriotique

Les bijoux aux couleurs des pays alliés, bleu-blanc-rouge, connaissent un vif succès après guerre. Ces bijoux prennent une nouvelle dimension lors de la Libération.  Et témoignent d'une nouvelle légèreté!

La collection "Hawaï" de Van Cleef & Arpels est assez emblématique de ce phénomène. Cliquer sur ce lien pour zoomer sur cette parure.

 

Ruby, sapphire and diamond parure, 'Hawaï', Van Cleef & Arpels, 1940s. Sotheby's

 

RETRO RUBY, SAPPHIRE AND DIAMOND 'BAGATELLE' NECKLACE, VAN CLEEF & ARPELS Circular-cut rubies, circular-cut sapphires, circular-cut diamonds, gold (French marks), 1940s, 37.0 cm, signed Van Cleef & Arpels, numbered. Christie's.
RETRO AGATE, RUBY, SAPPHIRE AND DIAMOND KINGFISHER BROOCH, CARTIER Agate body, circular-cut ruby, rose-cut diamonds, calibré-cut sapphires, gold, 1950s, 3.2 cm, signed Cartier, numbered. Christie's

Le rétro c'est abordable

Il est, en guise de conclusion, un argument qui n'est pas des moindres pour qui souhaiterait posséder une pièce joaillière de caractère : le bijou rétro est accessible.

2018 : le grand retour des accessoires et bijoux rétro. Christie's Paris.

Si les bijoux signés conservent toujours mieux leur valeur, on trouve aussi des créations anonymes très réussies.

Bague vers 1940. Travail français. Métal : Or 750/1000 (18 k). Poids total (brut) : 6,80 grammes. Dimensions (tête de bague) : 13 mm x 18 mm. Tour de doigt : 53 (mise à taille possible). Nature des pierres : Diamant brillant, diamants taillés en rose. Très bon état de conservation. Prix : 1250 euros. Maison Riondet

A lire, à voir et si vous souhaitez enchérir...

Van Cleef & Arpels L'Art de la Haute Joaillerie. Sous la direction d'Evelyne Possémé. Les Arts Décoratifs, Paris 2012

Entre histoire et éternité, Bulgari, de 1884 à 2009, 125 ans de joaillerie italienne. Sous la direction de Amanda Triossi. Skira 2009

Rouleau, J. (2004). Du rationnement à l’abondance : Les bijoux des années 1940 et 1950. Cap-aux-Diamants, (78), 46–47

Bijoux des années 1940 1950, Sylvie Raulet, Editions du Regard, Paris, 1987

Les Parisiennes, leur vie, leurs amours, leurs combats, 1939-1949. Anne Sebba. La Librairie Vuibert.

Librairie Diktats

Christie's Magnificent Jewels Genève 16 Mai 2018

Christie's Fine Jewels Paris 6 Juin 2018

Sotheby's Magnificent Jewels and Noble Jewels 15 Mai 2018

Maison Riondet spécialiste du bijou ancien français du XVIIIème siècle aux années 1970.
2 place Gailleton, 69002 Lyon.
Sur rendez-vous : 27 avenue de l’Opéra, 75001 Paris,
Mail : g.riondet@maison-riondet.fr

Baron Ribeyre & Associés Drouot 5 Juin 2018

Clip Cartier en or et diamants, vers 1950. Sotheby's

***

Pour vous inscrire à la Newsletter de Property of a Lady, cliquez sur ce lien

***


Visuel de "une" : RETRO SAPPHIRE AND DIAMOND BANGLE, BOUCHERON Calibré-cut sapphires, circular-cut diamonds, platinum and gold (French marks), circa 1937, inner circumference 17.4 cm, signed Boucheron Paris. Christie's.


Laurence Graff s'offre Le Diamant Lesedi la Rona

Lesedi la Rona : suite d'une folle aventure 

Le 29 juin 2016, la vente du diamant mythique Lesedi la Rona chez Sotheby's, annoncée comme une des plus importantes du siècle, avait échoué. Le diamant exceptionnel de 1109 carats, découvert au Botswana en novembre 2015, n'avait pas atteint son prix de réservé fixé à 70 millions de dollars. Nous nous étions alors interrogés sur les différentes raisons possibles de cet échec inattendu : les circonstances récentes du Brexit? les risques liées à la taille d'une pierre si importante ? Ou bien était-ce la volonté de Lucara d'échapper au circuit traditionnel des diamantaires qui avait engendré des résistances ?

Laurence Graff, l'éminent diamantaire londonien, n'avait pas ménagé ses critiques lors de cette vente : "Je n'aime pas ce processus, avait-il confié. Ce n'est pas une manière de faire du business au vu et au su de chacun." (in : Marc Roche, Diamants : Enquête sur un marché impur, Tallandier, 2017).

Un communiqué vient de l'annoncer : le Lesedi la Rona a trouvé acquéreur par une vente de gré à gré. L'acquéreur ? Un certain Laurence Graff.

Laurence Graff OBE

Un système traditionnel de vente vs. une volonté de démocratiser le marché du diamant

William Lamb, président-directeur général et président de la société minière Canadienne Lucara Diamond Corp, fort de la découverte du plus grand diamant brut depuis un siècle avait décidé, en 2016, de révolutionner le marché du diamant. Au lieu de passer par les intermédiaires traditionnels, il avait décidé de vendre le diamant aux enchères ("stand-alone sale") chez Sotheby's.

D'habitude, les compagnies minières vendent les diamants bruts qu'elles ont extraits à des négociants en pierres précieuses et à des diamantaires. Ces derniers, après avoir évalué le potentiel de la gemme, se chargent de transformer les bruts en pierres taillées puis polies, prenant au passage une marge importante sur la vente.

Le choix audacieux de William Lamb de recourir à une vente aux enchères était justifié par le fait qu'il s'agissait d'une pierre hors-norme. Sa taille s'annonçant complexe, elle était susceptible d'être conservée à l'état brut et d'intéresser des collectionneurs de bruts voire des musées de minéralogie. Les motifs financiers n'étaient pas étrangers à cette décision : vendre directement le diamant brut permettait d'économiser les commissions significatives des intermédiaires et donc de réaliser un bénéfice plus important.

Laurence Graff, l'homme qui a vu passer entre ses mains les plus beaux diamants de la planète depuis plus d'un demi-siècle, fut très contrarié que la vente d'un diamant brut aussi exceptionnel puisse se faire par le biais d'enchères, fût-ce par une maison aussi prestigieuse que Sotheby's.

Selon Graff, cette décision  contrevenait à l'ordre établi de longue date entre les compagnies minières et les acteurs du marché du diamants. Dans la tradition diamantaire, une vente s'effectue en privé, autour d'une table, au cours de discussions et de négociations discrètes. Le principe de la vente aux enchères ouvrait une brèche susceptible d'affoler durablement tout le marché du diamant.

Le bras de fer entre deux titans

Lucara Diamond Corp est une société renommée d'extraction de diamants qui possède une mine de production et des licences d'exploration au Botswana. Sa mine "Karowe"est reconnue pour les diamants de taille importante qui y ont été extraits depuis 2012 et qui génèrent des revenus élevés.

En mai 2016, William Lamb a déjà tenté une première fois de rebattre les cartes en mettant en vente chez Sotheby's un diamant brut de 813 carats qui avait établi un record de vente (63,1 millions $).

Laurence Graff, qui est dans le métier du diamant depuis plus d'un demi-siècle, exerce dans cette industrie une influence qui confine au monopole. S'inspirant des méthodes de la de Beers, il est le premier à avoir réussi à contrôler la chaîne du diamant d'un bout à l'autre: il gère aussi bien l'extraction du diamant dans des mines que leur taille, autant la création de bijoux qu'un réseau de boutiques à son nom.

Cette puissance fait de lui un des rares à pouvoir acquérir des pierres d'une valeur inestimable. Il est également un des seuls à pouvoir prendre le risque de tailler une pierre brute de grosse taille. Certes, le diamant Lesedi la Rona a fait l'objet d'une expertise approfondie pour  évaluer la beauté, la couleur et la transparence de la pierre une fois taillée (Gem Certification & Assurance Lab, New-York) mais tailler un diamant d'une telle taille reste toujours une entreprise risquée - il peut se casser- et perdre une grande part de sa valeur.

Avec l'achat par Graff du Lesedi la Rona, le marché a montré qu'il n'entend pas changer ses règles et que les puissances établies conservent tout leur pouvoir. Avis aux audacieux!

Deux gagnants ?

Après l'annonce de la vente, William Lamb a déclaré :

"The discovery of the Lesedi La Rona was a company defining event for Lucara. It solidified the amazing potential and rareness of the diamonds recovered at the Karowe mine. We took our time to find a buyer who would take the diamond through its next stage of evolution. The price paid is also an improvement on the highest bid received at the Sotheby’s auction in June 2016".

"La découverte du Lesedi la Rona a été un événement déterminant pour Lucara. Cela a confirmé l'étonnant potentiel et la rareté des diamants extraits de la mine de Karowe. Nous avons pris notre temps pour trouver un acquéreur qui conduirait le diamant vers la prochaine étape de son évolution. Le prix payé est aussi supérieur à celui de la meilleure enchère réalisée chez Sotheby's en juin 2016".

Cette dernière phrase est significative. Le diamant Lesedi la Rona a été vendu 53 millions $ (soit 47,777 $ le carat), alors que les plus optimistes le voyaient déjà atteindre 100 millions en juin 2016.

Le brut de 1109 carats acquis par Graff

De son côté, Laurence Graff a bien fait de patienter puisque le prix de réserve chez Sotheby's était fixé à 70 millions.  Graff Diamonds a acquis également depuis mai dernier un autre diamant brut  de 373,72 carats qui faisait partie du Lesedi la Rona.

Ce lundi 25 septembre 2017, Laurence Graff a reconnu  que l'achat de ce diamant marquait un jour important dans sa carrière : "The stone will tell us its story, it will dictate how it wants to be cut, and we will take the utmost care to respect its exceptional properties. This is a momentous day in my career, and I am privileged to be given the opportunity to honour the magnificent natural beauty of the Lesedi La Rona".

"Ce diamant nous racontera son histoire, il nous indiquera comment il veut être taillé et nous serons d'une extrême vigilance pour respecter ses propriétés exceptionnelles. C'est un moment historique de ma carrière et je me sens privilégié que me soit accordée l'opportunité d'honorer l'extraordinaire beauté du Lesedi la Rona".

Et si nous faisions un pari nous aussi? Ce serait l'enjeu du prochain épisode de ce feuilleton diamantaire : le Lesedi La Rona dépassera-t-il, une fois taillé, les 520.30 carats du légendaire diamant "Great Star of Africa" issu du mythique diamant Cullinan ?

A suivre, donc...

Mise à jour du 14 novembre 2018 : La Maison dévoile les premières pierres taillées de ce brut, elles sont d'une grande beauté.

 

Mes remerciements à Eric Hamers


Les Seventies sont de retour

Par Violaine Bigot

Les ventes « Magnificent Jewels » des maisons Christie’s et Sotheby’s à Genève sont toujours l’occasion d’admirer les dernières merveilles mises sur le marché. Pierres de couleur et diamants rares, pièces historiques, haute joaillerie et bijoux de charme s’exposent aux yeux des collectionneurs, marchands, amateurs et admirateurs. Ces expositions permettent également d’observer les évolutions de l’offre et de la demande et ainsi de percevoir les nouvelles tendances et périodes les plus prisées. Cette année, aux vues des pièces exposées, il semblerait que les années 70 bénéficient d’un retour en grâce.

Christie’s, lot 48 : Sautoir transformable en or jaune et diamants par Boucheron, années 70. 14-18 000 $ vendu à 15 300 $.

Couleurs vives, volume important, or jaune omniprésent sont autant d’éléments qui ont conduit cette période à l’oubli, tant le goût s'en est rapidement perdu. Il fallut plusieurs années pour que ces mêmes caractères séduisent à nouveau le marché.


Vente du Diamant brut "Lesedi la Rona" : Coup de théâtre chez Sotheby's

Au mois de Mai, nous avions vu que les diamants de couleurs atteignaient des sommets lors des ventes aux enchères internationales.
En ce début d'été, un autre record devait être battu grâce à la vente du plus gros diamant brut connu, le "Lesedi la Rona". "Lesedi la Rona" est le plus important diamant brut incolore de qualité gemme qui ait été trouvé depuis plus d'un siècle.

Or, coup de théâtre ! ce mercredi 29 juin, le Lesedi la Rona n'a pas atteint le prix de réserve de 70 millions de dollars, calant à 61 millions : il n'a donc pas été vendu ! 

Sotheby's évoque dans un communiqué sobre et calibré le "privilège" qu'a représenté pour cette prestigieuse maison la mission de vendre cette pierre.

Sans doute les circonstances actuelles en Europe, entre Brexit, chute spectaculaire des marchés et terrorisme, ont-elles freiné les investisseurs. Peut-être aussi une certaine incertitude sur la valeur de cette pierre une fois taillée a-t-elle affecté la vente. Peut-être enfin, certains professionnels ont-ils agit pour compromettre le succès d'une vente qui aurait remis en cause bien des habitudes? Le communiqué de Sotheby's n'en dit pas davantage et l'on ignore même s'il sera proposé de nouveau à la vente, et dans quels délais.

Revenons néanmoins sur ce spécimen unique.

lesedi-la-rona-six-facts-3
@Sotheby's

D'un poids de 1109 carats, il a été découvert le 16 novembre dernier au Botswana dans la mine bien-nommée de Karowe (qui signifie "pierre précieuse" dans la langue locale) par la compagnie minière canadienne Lucara Diamond Corp. La découverte de ce diamant résulte d'un nouvelle technologie d'extraction des diamants appelée Large Diamond Recovery ("LDR") XRT.

Karowe-open-pit-med
Mine à ciel ouvert de Karowe au Botswana@Lucara Diamond Corp.
Karowe-at-Dusk-med
Site minier de Karowe@Lucara Diamond Corp

 

Les caractéristiques principales de cette pierre historique

1111-Carat-Photo-1

Elle mesure 65 x 56 x 40 millimètres, les experts s'accordent à dire qu'elle est d'environ de la taille d'une balle de tennis.

Sachant qu'un carat est égal à 0,20 grammes, Lesedi la Rona pèse très exactement 221,8 grammes.

"NEW YORK, NY - MAY 03: Lesedi La Rona Diamond Still Life at Sotheby's on May 3, 2016 in New York City. (Photo by Donald Bowers/Getty Images for Sotheby's)"
Photo by Donald Bowers/Getty Images for Sotheby's

Le rapport du GIA décrit le diamant comme étant de type IIa (c'est-à-dire qu'il n’y a pas d’azote détecté en spectrométrie infrarouge dans sa structure atomique). Très rares, seulement 0,8% des diamants appartiennent à ce groupe. On les considère comme étant les diamants les plus purs, de structure parfaite.

On estime que sa formation date d'un à trois milliards d'années.

Pourquoi ce nom?

Après sa découverte, ce diamant brut était référencé sous le nom de "Karowe AK6".

Le 9 février 2016, suite à un concours lancé par Lucara Diamond Corp. auprès des citoyens botswanais, il a été renommé "Lesedi la Rona". Ce mot signifie "notre lumière" dans la langue la plus répandue du pays, le Tswana.

Le Botswana, pays de diamants 

Les diamants ont été découverts au Botswana en 1966, juste après l’indépendance de cette ancienne colonie britannique.

Le Botswana a connu l’une des plus fortes croissances au monde depuis les années 1960, principalement grâce à l’exploitation de ses très riches ressources en diamants, qui ont fait de lui le leader mondial de l’exportation en valeur de diamants. Le Botswana est actuellement le deuxième producteur mondial de diamants derrière la Russie (Source Rapaport, septembre 2015).

Le Botswana est surnommé "la Suisse de l'Afrique" en raison de la stabilité du pays et de sa gouvernance qui demeure l’une des meilleures du continent.

Selon une note de La Direction générale du Trésor d'avril 2016 : "L’an dernier, le pays a fortement pâti de la baisse de la demande externe en diamants, notamment américaine (1er marché mondial avec 40 % de la demande), à l’origine d’une accumulation de stocks pesant in fine sur les prix du gemme brut. La morosité du marché, liée en partie également au ralentissement de la demande des pays émergents, s’est soldée par un recul de -20 % des ventes annuelles de De Beers et de Botswana’s Okavango Diamond Company."

La découverte de Lesedi la Rona et de deux autres importants diamants devait redonner un peu d'éclat au pays : la mise en échec de la vente est une très mauvaise nouvelle.

Le Botswana fait partie depuis 2003 des pays participant au Processus de Kimberley. Pour mémoire, les accords de Kimberley (1 janvier 2003) constituent la principale initiative internationale visant à empêcher le trafic international de "diamants de guerre" , c'est-à-dire des diamants bruts servant à financer les conflits armés. Le Botswana a assuré la vice-présidence en 2005 et la présidence en 2006 du Processus de Kimberley.

Précédents records pour des diamants bruts

  • Record par le poids du brut

Le plus grand diamant du monde jamais trouvé demeure à ce jour le "Cullinan", un diamant brut de 3106,75 carats, découvert en 1905 dans la mine Premier, située à quarante kilomètres à l'est de Pretoria, en Afrique du Sud. Le Cullinan avait été fractionné en neuf grosses pierres et une centaine de plus petites.

Le Cullinan I, dit "l'Etoile de l'Afrique" orne le sceptre impérial britannique et reste à ce jour le plus gros diamant taillé incolore dans le monde. Son poids est de 530,20 carats.

Royal Collection Trust © HM Queen Elizabeth II 2016
Royal Collection Trust © HM Queen Elizabeth II 2016

Le Cullinan II, diamant de 317,40 carats, est serti sur la face avant de la couronne impériale d’apparat.

Royal Collection Trust © HM Queen Elizabeth II 2016 Cullinan II
Cullinan II. Royal Collection Trust © HM Queen Elizabeth II 2016

Tous deux font partie des joyaux de la Couronne britannique, précieusement gardés à la Tour de Londres.

Royal Collection Trust © HM Queen Elizabeth II 2016 3
Royal Collection Trust © HM Queen Elizabeth II 2016
  • Record précédent par le prix au carat

Lesedi la Rona n'est pas le seul diamant a avoir été trouvé par Lucara dans la mine de Karowe. Deux autres diamants de 813 et 374 carats ont été découverts au même moment. Cela accrédite l'idée que la compagnie a puisé dans un filon de gros diamants...

813-ct-Diamond
Diamant "The Constellation", 813 cts @Lucara Diamond Corp.

Lucara a mis en vente en mai dernier "The Constellation".
Ce brut de 813 carats a été cédé au dubaïote Nemesis International DMCC pour 63,11 millions de dollars, soit 77 649 dollars le carat. C’est le montant le plus élevé enregistré pour un diamant brut.

Quel devenir pour ce diamant hors-normes ? 

"NEW YORK, NY - MAY 03: Lesedi La Rona Diamond Still Life at Sotheby's on May 3, 2016 in New York City. (Photo by Donald Bowers/Getty Images for Sotheby's)"
Photo by Donald Bowers/Getty Images for Sotheby's

Lesedi la Rona est d'une transparence, d'une couleur et d'une qualité très prometteuses. Selon plusieurs laboratoires, dont le GIA, ce diamant aurait le potentiel pour devenir, une fois taillé et poli, le plus gros diamant du monde de qualité gemme. Sa couleur définitive sera attribuée après sa taille mais on s'attend à ce qu'elle soit classée D (le summum).

Si les doutes sont minces quant à ce que pourrait être la beauté de cette pierre une fois taillée, la première question qu'on peut se poser est tout simplement : faut-il la tailler ou pas ?

Conservé à l'état brut, Lesedi la Rona deviendrait une pièce de collection et resterait le plus important diamant du monde. C'est du moins l'avis de certains collectionneurs qui ajoutent qu'une fois le diamant Lesedi la Rona taillé, l'acquéreur court le risque qu'il ne devienne "que" le second plus grand diamant poli derrière le "Star of Africa". En effet, lors de la taille d'un brut, le pourcentage de perte peut s'avérer très important. Le dilemme éternel auquel se trouve confronté le diamantaire est de conserver le plus de poids à la pierre tout en réalisant la plus belle taille possible.

D'où la seconde question : qui serait capable de tailler Lesedi la Rona?

A priori, cette taille reviendra à l'une des trois places historiques de la taille des diamants : Anvers, New York ou Tel-Aviv.

William Lamb, CEO de Lucara Diamond Corp. considère qu'Anvers devrait être logiquement l'étape suivante : "I do not believe that there is any technical expertise outside of Antwerp that would actually have the capacity to polish the stone. If somebody is going to polish it, the probability that it will make its way back to Antwerp is better than average. If I were to buy the stone, I would bring it here. Antwerp is a centre of excellence when it comes to knowledge of polishing large diamonds. There's really no other place."

("Je ne crois pas qu'il y ait d'expertise technique possible hors Anvers qui puisse avoir la capacité de polir la pierre. Si quelqu'un doit polir le diamant, la probabilité que le diamant revienne à Anvers est forte. Si je devais acheter cette pierre, je l'apporterais ici. Anvers est un centre d'excellence en matière de connaissance de polissage des gros diamants. Il n'y a vraiment pas d'autre endroit ")

Un avis d'expert : nos questions à Monsieur Eric Hamers 

Meilleur Ouvrier de France en 1997,  PDG de la société Hamers (qui a obtenu en 2009 le label Entreprise du patrimoine vivant) président des diamantaires de France, Eric Hamers est diamantaire de père en fils depuis quatre générations. Eric Hamers nous offre un éclairage sur les défis que devra relever la taille de ce diamant brut. Nous le remercions très vivement d'avoir pris le temps de répondre à nos questions.

C.J : L'idée même de conserver le diamant dans son état brut vous paraît-elle plausible?

Eric Hamers : Non! En tant que puriste et esthète, je dirais qu'il faut tirer le maximum de cette découverte historique et donc bien sûr tailler ce diamant pour qu'il exprime tout son potentiel. Un diamant brut est en état de latence, en attente de devenir. Le diamant Lesedi la Rona est comme pétri d'un don qu'il faut travailler, alors seulement on en retirera sa quintessence. Si l'on tient à conserver trace de sa forme brute, il suffit d'en faire un moulage, on aura exactement le même rendu.

C. J : Quelle serait la taille que vous retiendriez  pour "Lesedi La Rona" ?

Eric Hamers : Ce serait une taille poire, c'est une évidence. La pierre parle d'elle-même.Je ne vois qu'une seule restriction : les impuretés et poches de gaz qu'on ne peut déceler à l'avance, et qui pourraient rendre le travail plus compliqué. Mais il y a de fortes chances que la pierre soit de même qualité que le Cullinan.

C.J : Les bruts de grosse dimension requièrent-ils une technique particulière de taille ? 

Eric Hamers : Aujourd'hui, grâce au laser, les diamantaires ont la possibilité de découper des tranches de ces pierres de dimension importante. C'est un gain considérable de temps et l'on s'épargne beaucoup de fatigue physique et nerveuse. Une fois ce premier travail réalisé, le laser permet également de réaliser un travail d'une très grande précision. Pour obtenir une  taille poire, il faudra découper des morceaux de 5, 6 ou 7 carats - ces reliquats seront ensuite vendus à 100 000 dollars le carat...

C.J : Y a t-il un type de taille préférable pour les diamants de volume important ?

Eric.Hamers : Généralement, pour les diamants supérieurs à 5 ou 10 carats, la taille royale, c'est le coussin. Mais pour Lesedi la Rona, l'idéal sera la taille poire. Je crains qu'on ne réalise une taille conforme aux standards académiques. Par exemple, la taille brillant ronde, créée en 1919 par le diamantaire belge Marcel Tolkowsky,  comprend 57 ou 58 facettes : c'est la taille idéale selon les standards internationaux, et c'est aussi la taille la plus populaire aujourd'hui... mais la pratiquer quelle que soit la taille de la pierre n'a pas de sens. Le risque est que le Lesedi la Rona subisse ce traitement standardisé, alors qu'une réflexion précise sur la nature et l'identité de cette pierre devrait amener une taille spécifique.

On ne devrait jamais oublier jamais que la beauté d'une pierre taillée vient de l'harmonie de ses proportions, donc de l'équilibre entre la forme donnée à la pierre et le nombre de facettes. Sachant que l'indice de réfraction du diamant (le rapport entre la célérité de la lumière dans le vide et celle dans la pierre) indique que la lumière pénètre 2,4 fois moins vite dans le diamant que dans l'air, le principe est de bloquer la lumière par le jeu complexe entre les facettes. Aussi, si l'on me donnait à tailler une pierre de ce volume, je doublerais les clôtures (ou haléfis), c'est-à-dire les facettes en forme de triangle qui bordent le rondiste de la pierre : le travail du diamantaire consiste en somme à capturer la lumière pour la rendre prisonnière de la pierre, et par ce doublement que permet la dimension de la pierre, je retiendrais un maximum de lumière.

C.J : Quel pourcentage de perte pourrait-il y avoir sur un tel brut?

Eric Hamers : On peut estimer que le Lesedi la Rona perdra au maximum 50% de son poids lors du processus de taille - et même moins si la taille était réalisée dans mon atelier! Ce que j'appelle "perte", c'est au sens propre du terme, le diamant qui part en poudre, en fumée. Aujourd'hui, grâce au découpage de tranches au laser, les pertes sont considérablement réduites.

C.J : Un vœux pour l'avenir de cette pierre?

Eric Hamers : Qu'elle soit taillée avec talent, imagination et goût! Ce qui serait triste, c'est que la taille, même si elle est bien réalisée, soit impersonnelle, froide, et finalement sans âme.

***

N'en doutons pas : le Lesedi la Rona sera vendu un bon prix, même s'il est inférieur aux attentes. L'histoire de ce diamant est donc encore à écrire. On imagine qu'une fois taillé et poli, le Lesedi la Rona réapparaîtra, bardé des meilleurs certificats, lors d'une nouvelle mise aux enchères qui, de nouveau, défraiera la chronique.

Pour aller plus loin : 

Botswana’s Scintillating Moment
Peer Reviewed Article
Robert Weldon and Russell Shor
Gems & Gemology, summer 2014, Vol. 50, No. 2

Botswana’s diamond industry loses its sparkle

Gavin du Venage. The National, Business, December 20, 2015

De Beers et le Botswana une alliance taillée sur mesure
Par Christophe Le Bec, Jeune Afrique, 3 février 2016

 

Crédit : Donald Bowers/Getty Images for Sotheby's


Diamants de couleur : une brillante compétition

Depuis quelques années, les diamants de couleur connaissent un engouement incroyable et ne cessent d'atteindre de nouveaux records de vente. En témoignent les deux ventes aux enchères qui ont eu lieu à Genève chez Sotheby's le mardi 17 mai et chez Christie's mercredi 18 mai 2016.

David Bennett, Président du département International Haute Joaillerie chez Sotheby's orchestrait la vente du 17 mai 2016 à Genève. @Sotheby's

Deux pierres en particulier ont atteint des sommets.

La première est le "Unique Pink", plus grand diamant rose vif  "fancy vivid pink" de taille poire jamais proposé aux enchères. Pesant 15,38 carats, il a atteint un prix record de 31,56 millions de dollars (soit 27,88 millions d'euros) tous frais inclus ce qui met le prix du carat à 2 052 094 dollars!
Lot 495 - The Unique Pink
La seconde est le "Oppenheimer Blue", un diamant bleu de 14,62 carats classé "fancy vivid blue", la couleur la plus rare pour un diamant bleu. Il était estimé entre 38 et 45 millions de dollars et a été vendu 57,5 millions de dollars (soit 51,24 millions d'euros) devenant ainsi le diamant bleu le plus cher jamais vendu aux enchères. Il a battu le précédent record détenu par un diamant de 12,03 carats le "Blue moon of Josephine" qui avait atteint 48,4 millions de dollars chez Sotheby's à Genève même en novembre dernier.

blue_diamond_art_a
Le diamant "Oppenheimer Blue" @Christie's

Le diamant le plus cher jamais vendu reste à ce jour le "Pink Star".  Cet extraordinaire diamant rose "fancy vivid" de 59,60 carats avait été adjugé le 13 novembre 2013 pour 83,19 millions de dollars, soit 61,87 millions d'euros (hors commission). L'ironie de cette vente marquant un record historique est que son acheteur, le diamantaire new-yorkais Isaac Wolf, se révéla incapable de le payer et dut le restituer à la maison Sotheby's.

Comment expliquer cette folie qui entoure les diamants de couleur ? Une simple mode peut-elle  justifier des prix astronomiques? Quel mystérieux attrait émane donc de ces pierres?

Tout d'abord, il est indéniable qu'il existe une clientèle pour des pierres de la plus haute qualité ou en provenance de collections nobles. Si les acheteurs restent le plus souvent anonymes, on sait néanmoins que la clientèle vient maintenant en partie de marchés émergents comme la Chine et l'Inde, mais aussi de Russie et des Emirats. Le "Blue moon of Josephine" avait été acquis par un magnat de Hong-Kong, Joseph Lau, et le "Unique Pink" a lui aussi été acheté par un "amateur asiatique".

Au-delà d'un certain prix, 100 000 euros au minimum, la pierre devient une valeur refuge. Elle se transporte aisément et discrètement. Sa valeur est internationale et, pourrait-on dire, intemporelle. De plus, au moment où de nombreuses mines s'épuisent, les diamants de Golconde, les rubis birmans, les saphirs du Cashemire ou de Birmanie sont garants par leur provenance mythique de qualité, de rareté et de beauté. Le fait de provenir de mines épuisées ou en voie d'épuisement leur confère une aura et une valeur supplémentaires.

Jetons un coup d’œil dans les coulisses de l'univers du diamant, les lieux où ils se forment, leur composition, leurs gisements et soulevons le voile de l'origine de leur couleur. Ces aspects techniques permettent de comprendre à quel point les diamants, et ceux de couleur en particulier, sont rares et fascinants. Après les coulisses, nous reviendrons au rêve avec un défilé des principaux "fancy diamonds" qui ont affolé les ventes aux enchères ces derniers temps.


Diamant "The Argyle Violet", 2.83 carats. Le plus gros diamant violet issu des mines de diamants d'Argyle, Australie. Copyright@2016 Rio Tinto.