Alix D.Reynis, l’art et la manière

« Paris est la ville artiste et poète par excellence ; mais les plus grands artistes et les plus grands poètes de Paris, ce sont les Parisiennes. Pourquoi ? Parce que […] les Parisiennes imaginent, achèvent, complètent à chaque instant une œuvre réelle et vivante, car elles se créent elles-mêmes », écrivait Théodore de Banville dans son ouvrage Génie des Parisiennes.

Alix D.Reynis, est la Parisienne par excellence. Reconnue pour ses créations en porcelaine de Limoges, elle lance aujourd’hui sa première collection de joaillerie inspirée de grandes figures féminines du Moyen Âge français : Clotilde, Héloïse, Aliénor, Mahaut, Yseult et Blanche. A chacun de reconnaître qui fut reine, régente, princesse d’une dynastie mérovingienne ou capétienne, amoureuse célèbre, intellectuelle ou personnage de légende !

Alix D.Reynis réalisant le gouaché Aliénor @Alix D.Reynis
Gouaché de la bague Aliénor @Alix D.Reynis

De l’Empire romain d’Occident à la Renaissance, où les grands explorateurs découvrirent de nouvelles routes maritimes et de nouvelles terres, les gemmes étaient très rares en Europe. Réservées aux rois, aux nobles et aux trésors de l’Église, elles ponctuaient de leurs chatoyantes couleurs bijoux royaux et œuvres d’orfèvrerie. Dans cet esprit aristocratique, Alix D.Reynis a créé « Reines médiévales ».

Bracelet, pendentif et bague Aliénor en or jaune, rubis et émeraude @Alix D.Reynis

Rencontre avec Alix D.Reynis

Quelques mots sur votre vocation artistique ?

Les fouilles de Pompéi par Jakob Philipp Hackert (Prenzlau 1737 – San Piero di Careggi 1807), daté et signé, 1799. Attingham © National Trust Photo Library
Bracelets Antique @Alix D.Reynis

 » Je crois que c’est un voyage à Pompéi à l’âge de sept ans qui a tout déclenché : mes inspirations antiques et mon envie de sculpter. Mes parents passaient beaucoup de temps aussi à nous enseigner toutes sortes de travaux manuels les week-ends à la maison. Mon père, notaire de profession était titulaire du CAP menuisier. Dans son atelier, avec ses machines à bois, il réalisait à peu près tout le mobilier de notre maison ! Il m’a transmis son amour des outils anciens ; ma mère, qui avait un œil aiguisé et exigeant, son sens de l’esthétique.

J’ai également eu la chance d’aller à l’école Decroly où l’atelier de vannerie et la fabrication d’échasses jouissaient de la même considération que les cours de mathématiques. J’y ai passé mes meilleures années de scolarité, mon appétit et ma curiosité pour les artisanats divers y ont été pleinement satisfaits.

Malgré ces expériences et un goût très prononcé pour le travail de la main, je n’ai pas eu le courage de déroger à la tradition familiale et j’ai commencé des études de droit pour faire honneur à ma lignée de notaires. Mais après six années d’études juridiques, lors de la naissance de mon premier enfant, j’ai interrompu ce parcours très classique pour me tourner vers la sculpture. Tout en prenant des cours de dessins de nu aux Beaux-Arts, des cours de modelage et sculpture sur pierre, j’ai passé cinq années dans mon atelier à expérimenter des matériaux que j’ai retrouvés plus tard dans la fabrication du bijou tels le métal, la pierre, la cire. Après ce détour artistique, j’ai repris mes études de droit, ai été diplômée notaire. J’ai exercé cette profession pendant cinq ans. Ce n’est qu’après cette période que je me suis autorisée à tourner définitivement cette page !

J’ai mis du temps avant d’oser monter mon entreprise et de pouvoir vivre de mes créations. C’est en 2011 que je me suis véritablement lancée et que j’ai créé ma marque Alix D.Reynis.  »

Pendentifs d’oreilles Ispahan, Josephine et Aurore @Alix D.Reynis

De la porcelaine de Limoges au travail de l’or : quel lien ?

« Malgré l’envie que j’avais de faire des bijoux dès l’ouverture d’Alix D.Reynis, je ne m’en sentais ni la légitimité ni la compétence, aussi j’ai préféré commencer par un matériau que je connaissais mieux : la céramique, et plus précisément la porcelaine, pâte plus noble et plus exigeante.

Bagues Lucky et Aden sur porcelaine Louis XVI @Alix D.Reynis
Pendentifs Aden et Louise sur porcelaine Louis XVI @Alix D.Reynis

La porcelaine est en effet la pâte céramique la plus difficile à maîtriser : les hautes températures de cuisson la déforment quand la forme originale est mal réalisée. Comme je ne voulais pas me contenter de poser des décors sur de la porcelaine existante, j’ai dû apprendre très vite à réaliser mes propres formes et moules pour tenter de dépoussiérer les arts de la table un peu trop conformistes à mon goût. Après quelques années de porcelaine, le virus du bijou est revenu. Ne sachant trop comment aborder ce nouvel artisanat, j’ai demandé conseil à une bijoutière dont j’admirais le travail. Voyant quelques-unes de mes cires, elle a accepté de me transmettre des éléments de son savoir-faire. J’avais les clés pour me lancer, notamment des noms de fournisseurs pour l’outillage, la fonte, les gemmes … Le reste, je l’ai appris avec le temps, l’expérience et il faut bien l’avouer, quelques échecs !

L’atelier d’Alix @Alix D.Reynis
Bagues Chance @Alix D.Reynis

Même s’ils semblaient éloignés de mes pièces de porcelaine, les premiers bijoux que j’ai créés ont été bien reçus car je crois qu’ils avaient la même patte et en partie les mêmes inspirations.

Boucles d’oreilles Moon @Alix D.Reynis

Mes premiers bijoux étaient en vermeil, métal précieux constitué d’argent massif recouvert d’une couche d’or. Je n’avais tout simplement pas assez de trésorerie pour les réaliser en or. Et cependant, il s’agissait d’un même travail de la matière qui me permettait de continuer à apprendre, de progresser, de me perfectionner. Je pressentais bien qu’un jour, je pourrais passer à l’étape supérieure.

Cet été 2020, je lance ma première collection de bijoux en or et pierres gemmes. Le cours de l’or connaissant de fortes hausses ces derniers mois, j’ai jugé plus prudent de commencer par une collection de pièces délicates serties de pierres précieuses de couleurs et de petits diamants avant de me lancer dans des bijoux aux volumes plus importants. »

Pendentif, bague et boucles d’oreilles Heloise en or jaune, émeraudes et diamants @Alix D.Reynis
Anneau Blanche, en or jaune et diamants @Alix D.Reynis

Des références artistiques ?

La porcelaine n’existe en Europe que depuis le dix-huitième siècle. Le premier filon de kaolin, cet argile d’un blanc très pur nécessaire à la fabrication de la porcelaine, fut découvert en France en 1768, à Saint-Yrieix-la-Perche en Limousin. Savamment associé à du quartz et à du feldspath, le kaolin est à l’origine de la renommée mondiale des porcelaines de Limoges. « Mes références pour les arts de la table sont donc plus proches dans le temps que celles du bijou.

Bracelet Dentelle et pendentif Daphné, cannage en porcelaine de Limoges @Alix D.Reynis

Ce n’est pas tant le travail du décor, de la peinture sur une porcelaine blanche classique qui me passionne, explique Alix, que celui du relief, de la gravure et de la sculpture. Mes inspirations en porcelaine proviennent d’œuvres anciennes : faïence, poteries ou verreries sculptées.

Quant aux bijoux qui m’inspirent et me touchent, ils sont bien souvent dans des musées, dans les sections consacrées à l’Antiquité ou au Moyen Âge ! Je rêverais de porter ces pièces qui ont traversé les siècles, comme ce diadème antique au décor végétal provenant de la nécropole de Canosa exposé au Musée du Louvre, ou bien une bague à intaille hellénistique en cornaline montée sur de l’or ciselé telle celle de « Ptolémée VI assimilé à Hermès » appartenant au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF.

Diadème en or, verre et émail. Vers 300 – 250 avant J.-C.
Canosa, hypogée Lagrasta. Achat, 1861, collection Campana, entrée au Louvre en 1863. © 2001 RMN / Hervé Lewandowski

Mes époques de prédilection sont la Grèce et la Rome antique (avec cet art de l’intaille porté à son sommet), la civilisation étrusque (le raffinement de la technique de la granulation), l’époque mérovingienne. J’aime aussi les arts éthiopiens et indiens, ces derniers pour leur faste incomparable.

L’irrégularité avec laquelle les gemmes sont taillées, que ce soit en cabochon pour les pierres de couleur comme sur le sublime fermail du trésor de Colmar ou bien les tailles anciennes du diamant, les techniques simples de sertis et notamment le serti clos que j’utilise, ou bien celles plus complexes de la granulation ou du filigrane donnent de la vie au bijou et révèlent à mon sens pleinement le travail de la main de l’artisan. »

Boucles d’oreilles, bracelet et bague Mahaut en or jaune et rubis @Alix D.Reynis

« Reines médiévales » reflète ce goût pour l’histoire des arts. La collection se caractérise par son élégance, sa finesse et son épure. Aux motifs losangés, quadrilobés, en rosace, caractéristiques des formes du Moyen Âge répondent les tailles rondes ou carrées des pierres de couleur. Le travail d’orfèvrerie d’Alix D.Reynis met en relief deux techniques anciennes : celle du graineti, qui consiste à accoler des petits grains d’or les uns aux autres, geste que l’on retrouve sur les porcelaines de la Maison, et celle du serti clos qui des siècles durant a enserré les précieuses gemmes dans un filet d’or.

Collier, pendentifs d’oreilles et bague Yseult en or jaune, rubis et diamants @Alix D.Reynis

Alix conclut : « Je conçois le bijou comme un ensemble : le travail du métal est tout aussi important que la beauté de la gemme. Lorsqu’en plus la pierre est gravée, c’est à mes yeux la plus belle chose qui existe ! » Vous l’aurez deviné, Alix se penche déjà sur sa prochaine collection qui sera centrée autour d’intailles qu’elle a appris à graver et qu’elle monte sur des bijoux en or sculptés par ses soins. « Un nouveau défi, aux volumes très différents de cette première collection en pierres précieuses. »

Nul doute que Théodore de Banville eût ajouté Alix D.Reynis à sa galerie de Parisiennes !

Portrait de la créatrice Alix D.Reynis

Alix D. Reynis

Boutique Commines
14 rue Commines
75003 Paris
Lundi-Samedi : 11h-19h
01 56 06 90 66
boutique@alixdreynis.com

Boutique Jacob
22 rue Jacob
75006
Lundi : 13h-19h
Mardi-Samedi : 11h-19h
01 42 02 27 36
boutique-jacob@alixdreynis.com

Pour retrouver les autres points de vente Alix D.Reynis, cliquez sur ce lien