Lacloche joailliers : une brillante histoire enfin tirée de l’oubli

Quelle singulière aventure que celle de la maison Lacloche !  Elle aura duré soixante-quinze ans, illustrant un âge d’or de la joaillerie française, brillant dans le monde entier, résistant à deux guerres mondiales, avant de s’interrompre brusquement en 1967, date à laquelle le dernier héritier décida de se tourner vers le design contemporain. Le plus singulier, cependant, c’est que de cette prestigieuse histoire, il ne reste rien. Les archives n’existent plus. Les bijoux sont dispersés. Les catalogues sont difficiles à trouver. La maison Lacloche, un temps si établie et reconnue, aura été le météore de la joaillerie française.


Broche de revers, Lacloche Frères, 1930.
Or, platine, émail, diamants taille brillant et taille rose, saphirs, jadeite, calcédoine, perle et soie. Offerte au Victoria & Albert museum par les amis américains du V&A et de Patricia V. Goldstein. Jewellery, Rooms 91 to 93 mezzanine, The William and Judith Bollinger Gallery, case 68, shelf C, box 3. @ V&A museum.

Il aura fallu le travail inlassable, passionné et minutieux de Laurence Mouillefarine et Véronique Ristelhueber, pour faire revivre le souvenir de cette maison et en exhumer les pièces les plus caractéristiques. Leur livre fruit de presque trois ans de recherches, est le support de l’exposition en cours à l’Ecole des Arts Joailliers. Il retrace une histoire aussi brillante que méconnue.

Broche cyprès en or blanc, platine, émeraudes, diamants taille brillant et calcédoine teintée.
Légué par Mlle J.H.G. Gollan. Hauteur : 5,3 cm, largeur : 1,4 cm maximum.
@V&A. Jewellery, Rooms 91, The William and Judith Bollinger Gallery, case 31, shelf A, box 4. @ V&A museum.

Quelques mariages et un enterrement

Cette histoire, c’est celle de quatre frères nés dans la plus grande misère, Léopold (1863-1921), Jacques (1865-1900), Jules (1867-1937), Fernand (1868-1931), et de leurs deux sœurs, Bertha (1857-1945) et Emilie (1855-1910). Leur mère, Rosalie Levy, était une femme de tête bien déterminée à faire réussir ses garçons. A la mort de son premier mari, en 1870, elle restait avec six enfants à charge. Elle épousa un bijoutier. C’est cela sans doute qui inspira ses fils. Jules et Léopold ouvrirent la première boutique de la maison Lacloche en 1892, dans le quartier de la Nouvelle Athènes, exactement au 51 rue de Châteaudun, avant de déménager 41 avenue de l’Opéra. En 1898, Léopold s’associe à son beau-frère Louis Gompers, également joaillier sis Place Vendôme et à Trouville. Dans le même temps, Jacques et Fernand ont ouvert une boutique à Madrid.

Jeunes, entreprenants, les frères Lacloche ont connu une ascension rapide. Plusieurs boutiques ouvrent en Europe. Un drame vient frapper la fratrie en 1900. Le train Madrid-Paris déraille le 15 novembre 1900 à hauteur de Bayonne ; l’accident fait treize morts dont Jacques Lacloche. Fernand rejoint alors ses deux frères à Paris et tous trois s’attellent à développer l’entreprise familiale – si bien qu’en 1901 intervient une première consécration : l’installation au 15, rue de la Paix, juste à côté de Cartier. D’autres ouvertures suivront, notamment celle de Bond Street à Londres en 1904. Les Frères Lacloche sont alors dans la force de l’âge, leur clientèle est prestigieuse : l’avenir leur appartient.

Carte postale illustrant l’immeuble du 15 rue de la Paix à Paris au coin de la rue Daunou, vers 1910. Crédit photo : L’Ecole des Arts Joailliers
Montre-pendentif, émail guilloché, diamants, saphirs, platine et or, vers 1910.
LA Collection Privée. © 2019 Christie’s Images Limited. Cette montre-pendentif de femme est présentée à l’exposition de l’Ecole des arts joailliers.
Page de publicité parue dans « La Renaissance de l’art français et des industries du luxe » en juillet 1923. @ L’Ecole des Arts Joailliers. Deux exemplaires très similaires ouvrent l’exposition de l’Ecole des arts joailliers : une boîte à cigarette en jade néphrite ceintrée d’un ruban de broderie de diamants sur platine et un bracelet, qui peut également se porter en ras-de-cou.

[section_title title= »La consécration mondiale : les Expositions de 1925 et 1929″]

Maquette d’affiche Exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels modernes. Paris 1925, René Prou (affichiste), 1925. @ MAD
Pont Alexandre III, Paris avril-novembre 1925 @ MAD

La Première guerre mondiale interrompt pendant quelques années le développement rapide de la maison. Mais les « Années Folles », suivant la guerre, seront indubitablement les années Lacloche.

Broche oiseau et fleurs en diamants et émail, rubis, saphirs, émeraudes, onyx. Lacloche Frères, Paris, 1925, @Sotheby’s. Magnificent jewels & jadeite, 5 avril 2016, Hong Kong.

Laurence Mouillefarine et Véronique Ristelhueber se penchent tout particulièrement sur la grande Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, qui se déroule en 1925 à Paris. L’idée en avait germé avant la guerre, mais la mise en œuvre avait été retardée par le conflit mondial. Lacloche frères figure en bonne place dans le pavillon dit de la Parure, située au Grand Palais, et dessiné par le designer Eric Bagge.

Photo (C) Ministère de la Culture -Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais : image RMN-GP
Broche, rubis suiffés, émeraudes, diamants, émail noir et platine, 1925.
LA Collection Privée. Photo Bonhams. Cette broche est présentée à l’exposition de l’Ecole des arts joailliers.

A côté de leur vitrine, Cartier, Van Cleef& Arpels, Dusausoy et Sandoz : Les Frères Lacloche font officiellement partie des “happy few” de l’art joaillier mondial. Laurence Mouillefarine et Véronique Ristelhueber se sont lancées sur les traces de cette exposition. A force d’opiniâtreté, elles ont pu dénicher à New York les deux albums de gouaches réalisés en souvenir de l’Exposition. S’y trouvent illustrées toutes les créations (chacune étant unique) exposées sur le stand de Lacloche frères.

Le premier album présente vingt-une pendules, et pendulettes, fabriquées par la maison Verger. Sept de ces objets extraordinaires font partie de l’exposition de l’Ecole des arts joailliers. Ils sont présentés au centre d’une reconstitution suggestive et poétique du hall de la section joaillerie de l’Exposition de 1925.

PENDULETTE DE TABLE en or, onyx noir, lapis-lazuli, jade vert et émail. Lacloche frères, Paris 1925. Sous la forme d’un cabinet chinois miniature, les portes s’ouvrent sur un cadran en émail cloisonné avec chiffres et aiguilles sertis de diamants. @ Sotheby’s, masterworks of time : George Daniels, visionary.  2 juillet 2019, Londres. Pendulette présentée à l’exposition de l’Ecole des arts joailliers.

@ Sotheby’s , 2 Juillet 2019. Londres.

Le second album dévoile soixante-trois dessins de bijoux, étuis à cigarettes et nécessaires ou « vanity case », accessoires si emblématiques des « Années folles ». A une mode nouvelle, succédaient de nouvelles parures et objets précieux : les femmes de la Cafe society avaient coupé leurs cheveux à la garçonne, elles portaient des robes souples, fluides,  à la ligne droite et aux étoffes colorées. Elles avaient pris l’habitude de se repoudrer en public, de fumer, de conduire! et de nouveaux accessoires de beauté aux vifs contrastes de couleurs, de matières (pierres précieuses versus pierres ornementales) et de diaphanéité (opaque, translucide ou transparent) complétaient cette mode. Lacloche frères a excellé dans l’art du nécessaire de beauté.

NECESSAIRE PAR LACLOCHE FRÈRES, 1925.  Or et platine, émail, sodalite, jade, turquoise, onyx, diamants et repoussoir en perle. Signé Lacloche Frères Paris, n° 57451 3765, avec la marque du fabricant pour Strauss, Allard & ; Meyer. @ Christie’s, Magnificent Jewels. Genève. 14 novembre 2017. Ce nécessaire est présenté dans l’exposition de l’Ecole des arts joailliers.
NECESSAIRE DE BEAUTE rectangulaire Art Déco en or jaune émaillé noir, les extrémités et le centre du couvercle appliqués sur fond de lapis lazuli, de fleurs sculptées en jade, cornaline et corail nervurées, centrées et soulignées de crénelures en platine serties de diamants taillés en rose. L’intérieur à trois compartiments comporte un miroir. Signée Lacloche Frères Paris, 1925. @Artcurial. /Lot 103. Vente Importants bijoux – 24 juillet 2012
Boîte Art Déco en lapis-lazuli, émail et diamant © Christie’s. Ce nécessaire est présenté dans l’exposition de l’Ecole des arts joailliers

Une deuxième occasion de briller fut offerte à Lacloche frères en 1929 lors de l’Exposition des « Arts de la bijouterie, joaillerie et orfèvrerie » au Musée Galliera. On remarque alors une évolution esthétique et stylistique majeure qui sera qualifiée par Henri Clouzot (1865-1941), conservateur du musée, de « grand silence blanc ». Lacloche frères présente aux côtés de sept confrères de somptueux bijoux montés sur platine et sertis presqu’exclusivement de diamants.

Bracelet articulé, platine, diamants taillés en brillants, en baguettes et en marquise, vers 1930. Collection privée. courtes Wartski. Londres
Broche-pendant, platine et diamants. collection privée. courtes Wartski. Londres. Photo : Prudence Cuming. Ltd

Ce sera le chant du cygne. La crise de 1929 passe par là, mais aussi les mauvaises habitudes des enfants Lacloche, qui perdent des fortunes au jeu. Dans les années Trente, seuls deux frères sont encore en vie, Jules et Fernand, ce dernier ayant pris les commandes de la Maison familiale depuis 1923. Les dettes contractées au jeu et l’effondrement de grandes fortunes ont raison de la maison Lacloche, qui ferme en 1931, année où meurt Fernand. Une première époque se clôt, qui restera assurément comme la plus brillante de la maison Lacloche.

[section_title title= »Le goût Lacloche : un hymne au monde des ateliers parisiens »]

L’usage, on le sait, n’était pas, à l’époque, de se reposer sur un atelier de création interne, mais de faire appel aux très nombreux ateliers que comptait alors Paris.

Bournadet, Chenu, Hatot, Helluin-Mattlinger, Langlois, Lenfant, Pery, Rubel frères, Verger etc… Laurence Mouillefarine et Véronique Ristelhueber mentionnent explicitement dans leur livre les vingt-cinq ateliers qui ont travaillé pour les Frères Lacloche (et dont le nom figurait sur les vitrines de l’Exposition de 1925, Dumont par exemple) : beaucoup ont disparu, d’autres existent encore. A travers l’histoire des Frères Lacloche, c’est un peu l’histoire de ce Paris des ateliers qui est contée par les deux auteurs. C’est aussi un moment de l’histoire du goût joaillier : le génie des Frères Lacloche ne fut pas celui de l’inventivité joaillière, mais celui du choix éclairé, de l’œil, et finalement de l’exigence. C’est pourquoi, dans cette période, les bijoux Lacloche se caractérisent tous par un très grand raffinement technique. Les bijoux Lacloche sont une célébration constante des savoir-faire les plus pointus et les plus rares des ateliers parisiens. Ils sont un hymne à un art disparu.

Broche japonaise. Vers 1925. Platine, or, émail, diamants, rubis et onyx.
1952, don de la reine Mary d’Angleterre à Angela Lascelles.
3.6 x 5.2 x 0.6 cm. William Francis Warden Fund. @Museum of fine arts Boston
Bracelet Lacloche Frères en diamants, onyx et rubis taillés en cabochons, 1925. LA Collection privée.© 2019 Christie’s Images Limited. Ce bracelet est présenté dans l’exposition de l’Ecole des arts joailliers.
Planche LXXXIV. NÉCESSAIRES, COLLIER ET PENDENTIF, par LACLOCHE FRÈRES (pl.84) Rapport général. Section artistique et technique Volume IX, Parure (Classes 20 à 24)
Pendentif « broderie de joaillerie » en platine et diamants vers 1915. Muni d’une barrette le bijou peut également se porter en broche. Regine Giroud AG Juwelen, Zurich.

Toutefois, dans ce “goût Lacloche”, on repère aussi les inévitables concessions aux goûts du temps, en particulier l’attirance bien connue pour les pays exotiques, en particulier pour l’Asie : Chine et Japon. Là encore, les Frères Lacloche ne se distinguent pas par l’originalité des objets, mais par l’exigence technique : le degré de sophistication et de précision des bijoux répondant à ce goût pour l’Asie nous vaut des pièces de premier ordre.

Etui à cartes de visite en platine, cristal de roche, lapis-lazuli, émail noir et diamants. 1923-1924. Collection Kashmira Bulsara, soeur de Freddie Mercury. @smh.com.au. Cet étui est présenté dans la galerie des bijoux du Victoria & Albert museum.
NECESSAIRE DE BEAUTE en ambre, onyx, émail, diamants, améthystes et perles. Vers 1925. @ Christie’s, Lot 457, Milan Jewels. Milan, Palazzo Clerici. 24 – 25 November 2011. Ce nécessaire figure aujourd’hui dans la précieuse collection du musée Liang Yi à Hong Kong.

 

Montre de revers en or, platine, émail, diamants et perles, Lacloche Frères, France, vers 1925. Anciennement dans la collection de Beatrice Rollins Dournevo, Princess Adoievsky. @Sotheby’s, lot 296, important jewels. New York, 20 septembre 2011.
Etui à rouge à lèvres en  émail, perles et diamants Lacloche frères, 1925 @ Sotheby’s. Vente Important jewels antique and contemporary, lot 240. 22 juillet 2008, Londres.
Boîte Art Déco en émail et diamant, Lacloche Frères, 1925 © Christie’s

[section_title title= »Résurrection et bouquet final »]

En 1936, un autre Jacques Lacloche surgit dans l’histoire de la maison : c’est le propre fils du Jacques décédé en 1900 dans l’accident de train, et qui, né en 1901, n’aura pas connu son père. Il reprend en 1936 l’affaire, la marque, la philosophie de son père et surtout de ses oncles.

Bracelet manchette en or blanc, or jaune, argent, cabochons de corail, signé J. Lacloche Cannes, 1937. LA Collection Privée. © Photo Luc Pâris

La deuxième époque qui s’ouvre alors est parfois considérée par les historiens du bijou comme moins remarquable du strict point de vue joaillier. Elle rencontre cependant un succès éclatant. Partant modestement d’une vitrine au Carlton de Cannes, Jacques Lacloche peut rouvrir une boutique Lacloche Place Vendôme deux ans plus tard. Ce qui compte alors, c’est sa clientèle : la seconde guerre mondiale marque un coup d’arrêt, mais l’après-guerre lui apporte toute la haute société cosmopolite qui s’épanouit alors grâce au développement des transports longs courriers, des magazines, du cinéma. Il bénéficie des derniers feux de l’empire indien et des splendeurs des maharajahs, de la clientèle des vedettes d’Hollywood et de la famille princière de Monaco – ces deux versants étant réunis en la personne de Grace Kelly, à qui Jacques Lacloche fournit un très élégant ensemble composé d’une paire de boucles d’oreilles et d’un clip en saphirs et diamants baguette lors de son mariage en 1956.

Cette clientèle commande nécessairement un goût plus éclectique encore que par le passé, et la maison Lacloche doit se montrer à la hauteur d’attentes diverses dont le point commun est le goût de la sophistication et de la rareté.

Bracelet saphir, diamant, émail et or, Jacques Lacloche, 1938. Sotheby’s. Lot 366. Magnificent jewels & noble jewels. 11 novembre 2015, Genève. Ce bracelet, ainsi que celui en version rubis, sont présentés au sein de l’exposition de l’Ecole des arts joailliers. Il existait également une troisième déclinaison de ce bijou en émeraude.
Bracelet en or, émail, rubis gravés, fabriqué en 1938 par Lucien Girard pour Jacques Lacloche. Collection privée. Photo Benjamin Chelly

A partir des années 60, cependant, c’est le goût de Jacques Lacloche lui-même qui change. Il atteint les rives de la soixantaine et son intérêt véritable se porte sur l’art contemporain et en particulier vers le design, qui connaît alors une véritable explosion. Il transforme le premier étage de sa boutique en salon d’exposition dès le début des années 60, puis en 1967, il prend sa retraite comme joaillier. La boutique ferme. La maison Lacloche se transporte rue de Grenelle et devient un spécialiste d’art et de design contemporains, animé par un Jacques Lacloche dont encore aujourd’hui on peut noter en la matière le goût visionnaire.

Lorsqu’il décède en 1999, le souvenir des Lacloche joailliers s’est évanoui. Les archives n’ont pas été conservées. Ne restent que d’admirables pièces soigneusement conservées par leurs propriétaires, et des allusions dans les livres d’histoire du bijou.

Remonter le fil de cette belle histoire aura requis bien des efforts, mais c’est tout un continent qui revit pour nous. Organiser l’exposition correspondant à ce livre aura été un autre tour de force. Car jamais autant de pièces de la maison Lacloche n’avaient été réunies (soixante-quatorze !) et l’on sent à la parcourir la présence d’une époque et la cohérence d’un goût. Est ainsi conjuré un oubli bien injuste, et les Frères Lacloche reprennent leur rang et leur éclat dans l’histoire de la joaillerie, aux côtés des plus grands noms. Ce n’est que justice et il faut remercier Laurence Mouillefarine, Véronique Ristelhueber, et bien sûr Francis Lacloche, fils de Jacques, qui a soutenu leurs recherches, et l’Ecole des Arts Joailliers de l’avoir aussi bien rendue.

 

[section_title title= »Une exposition, une monographie et quelques autres ouvrages « ]

Exposition du  23 octobre au 20 décembre 2019
Entrée libre du lundi au samedi de 12h à 19h
À L’École des Arts Joailliers
31, rue Danielle Casanova, 75001 Paris

L’exposition sera ouverte au public le 31 octobre, mais fermée les 1er, 2 et 11 novembre.

Lacloche joailliers. Ouvrage co-écrit par Laurence Mouillefarine et Véronique Ristelhueber.

Laurence Mouillefarine, journaliste, spécialiste du marché de l’art, a collaboré avec Architectural Digest, Le Figaro Magazine, La Gazette Drouot, Madame Figaro. Passionnée par la création de l’entre-deux-guerres, elle a été la co-commissaire de l’exposition « Bijoux Art déco et avant-garde » au musée des Arts décoratifs à Paris en 2009.
Elle est l’auteur, avec Véronique Ristelhueber, de Raymond Templier, le bijou moderne, la première monographie consacrée au joaillier (Éditions Norma, 2005). Raffolant des histoires de trésors trouvés dans les greniers, elle a écrit à quatre mains, avec Philippe Colin-Olivier, Vous êtes riches sans le savoir (Le Passage, 2012).

Véronique Ristelhueber est documentaliste et iconographe, spécialiste de l’architecture, du design et du paysage du xxe siècle. Son intérêt pour la joaillerie lui vient des dix années qu’elle a passées aux archives de la maison Cartier.

Publié aux Éditions Norma, avec le soutien de L’École des Arts Joailliers.
Format : 25×3,5 cm. 320 pages, 700 images. Prix : 60 €

A vanity affair : l’art du nécessaire. Rizzoli New York

A kind of magic: Art deco vanity cases, Sarah Hue-Williams, Peter Edwards, 2017.

Nécessaire de beauté chrysanthèmes par Lacloche frères. Thames & Hudson

Jeweled splendors of the Art Deco era, the prince and princess Saddrudin Aga Khan collection. Thames & Hudson

Objets précieux Art déco, catalogue d’exposition de la collection du prince et de la princesse Saddrudin Aga Khan. 4 au 25 avril 2018. Ecole des arts joailliers. Cliquez sur ce lien pour accéder aux vidéos relatives à l’exposition.

Article « Lacloche grand joaillier français » (deux parties). Jean-Jacques Richard

A visiter si vous partez à Londres :

Nécessaire de beauté avec chaîne de suspension et anneau Lacloche frères en émail bleu, noir et blanc rehaussé de diamants. Circa 1922_25 @Image courtesy of Victoria and Albert Museum, London

La collection des quarante-neuf vanity cases de Kashmira Bulsara, dont trois sont signés Lacloche frères.
Victoria and Albert Museum
Cromwell Road, London, SW7 2RL

à Hong Kong :

L’extraordinaire collection de vanity cases du
Lang Yi museum

181-199 Hollywood Rd,
Sheung Wan, Hong Kong

Acquérir un bijou signé Lacloche frères ou Jacques Lacloche ?

Bernard Bouisset, paire de clips d’oreilles en or jaune, diamants et rubis.

Ventes aux enchères :

A venir :

Christie’s Magnificent jewels, Genève 12 novembre 2019. Bracelet rétro en or jaune, saphirs et diamants. Jacques Lacloche. Lot 57.

Sotheby’s Magnificent jewels and noble jewels, Genève, 13 novembre 2019. Une broche en diamants, et une broche double clip. Lot 1
Et une ravissante broche « giardinetto » lot 163

lot 163. Sotheby’s. 13 novembre 2019

Deux nécessaires vendus récemment :

Nécessaire du soir en or, émaillé rouge, noir et or à décor japonisant de paysage, appliqué d’un soleil en platine serti de diamants ou idéogramme «Shou», les extrémités serties de diamants; il recèle un carnet de bal avec son stylet en or, un miroir biseauté, un tube de rouge à lèvres et deux compartiments à fards agrémentés de fleurettes émaillées.
Signé. Travail des années 1925. @ Pierre Bergé & associés. Bijoux, orfèvrerie & objets de vitrine. Mercredi 5 décembre 2018
Vue intérieure du nécessaire @Pierre Bergé & associés
Nécessaire de beauté, 1925, en émail, platine, diamants taille rose, monture en deux tons d’or. Fabrication Strauss Allard Meyer. Le décor floral japonisant représente des branches fleuries ponctuées de diamants taillés en rose. La tranche porte au recto et au verso un délicat décor d’appliques également pavées de diamants taillés en rose. Une perle fine pour le poussoir. L’intérieur présente un étui à rouge à lèvres, un compartiment pour la poudre et un miroir. Monture en deux tons d’or. Poids brut : 186,70 gr. Dim. 9,1 x 5,4 x 0,8 cm. Aujourd’hui @ LA Collection privée. Photo issue de la vente Tajan du 2 juillet 2019, Paris. Lot 70.

***

Si vous souhaitez recevoir la prochaine newsletter de Property of a lady, veuillez cliquer sur ce lien. A bientôt !

Poudrier, émail, or et diamants.
Poinçon d’importation de Londres de 1926.
Fabrication Strauss Allard Meyer.
A Collection Privée. Photo Bonhams. Ce poudrier est présenté à l’exposition de l’Ecole des arts joailliers.

 

visuel de « une » : Boîte à cigarettes Art Déco en onyx, émail, turquoise, lapis-lazuli et diamant, Lacloche Frères, 1925. Collection privée. Cette boîte à cigarettes figure dans l’exposition de l’Ecole des arts joailliers. @ Christie’s