Leitão & Irmão : rencontre avec les maîtres-orfèvres de Lisbonne

« Leitão & Irmão au XXème siècle : des influences lusitaniennes et une renommée internationale »

Leitão & Irmão est aujourd’hui une Maison d’orfèvrerie spécialisée dans les objets d’art en or et en argent, la joaillerie, et les arts de la table – la Maison reçut en 2005 le Prix de l’Art de la Table. Elle perpétue dans ses créations les grandes traditions portugaises : fêtes religieuses (crèche de Noël et santons, oeufs de Pâques en argent gravé, médailles, croix , rosaires et objets liturgiques tels des calices, ostensoirs, ciboires…), ou fêtes familiales (mariage, naissance, baptême, communion..).

Leitão & Irmão est aussi très attachée à son patrimoine national et à l’histoire fascinante qui fut celle des grandes découvertes des XVème et XVIème siècles.

Nombre d’objets d’art créés dans ses ateliers du Bairro Alto sont inspirés de monuments célèbres du Portugal ou de l’art manuélien caractéristique du XVIème siècle.

Tour de Belém monument caractéristique de l’art manuélien.

D’autres créations trouvent leur inspiration dans la foi qui anime l’un des pays les plus catholiques d’Europe.

Les couronnes de Notre-Dame de Fatima 

Qui n’a entendu parler des apparitions de la Vierge Marie à trois petits bergers à Fatima au Portugal durant la première guerre mondiale?

Le13 mai 1917, la Vierge apparut, dit-on, à Lucia et à ses deux cousins Francisco et Jacinta et leur confia un message, comprenant trois prophéties, dont la dernière fut dévoilée par le Vatican en 2000. Une page de l’INA fournit de plus amples détails.

Fatima est aujourd’hui l’un des principaux lieux de pèlerinage catholique au monde. Une statue de la vierge, réalisée par José Ferreira Thedim en 1920 selon les indications de Lucia, est érigée en plein coeur de La Chapelle des apparitions.

La Vierge Marie avait été proclamée « Reine et patronne du Portugal » dès 1646 par le roi João IV de Portugal.

En 1942, une quête fut lancée au Portugal pour offrir à Notre-Dame de Fatima une couronne de reine afin de la remercier de la protection accordée au Portugal – qui n’a pas participé à la Seconde Guerre mondiale.

C’est la Maison Leitão & Irmão qui se chargea alors de la réaliser gracieusement. Les dons furent tels que deux couronnes purent être réalisées : l’une composée d’or et de deux mille six cent soixante-dix-neuf gemmes (diamants, saphirs, émeraude, rubis, perles, améthystes et turquoises), la seconde en argent doré. La statue de Notre-Dame de Fatima fut couronnée le par le légat du pape Pie XII, le cardinal Benedetto Aloisi Masella.

Le 13 Mai 1981, peu après l’attentat qui l’avait gravement blessée, le pape Jean-Paul II attribua à Notre-Dame de Fatima le miracle de sa survie. Il offrit à l’Evêque de Leira en 1984 la balle qu’il avait reçue. Cette dernière fut par la suite, en 1989, placée au centre de la couronne d’or, au point de jointure des huit arceaux.

Cette couronne d’or et de gemmes de Leitão & Irmão est probablement l’oeuvre de joaillerie portugaise la plus célèbre du XXème siècle.

Hommage aux découvertes portugaises

Fière de son passé historique, et en particulier de l’Âge d’or du Portugal lié aux découvertes des grands navigateurs portugais, Leitão & Irmão rend fréquemment hommage dans ses créations à ses héros nationaux comme Bartolomeu Dias, découvreur du Cap de Bonne-Espérance en 1488, Vasco de Gama, premier navigateur arrivé aux Indes par voie maritime en 1498, Pedro Alvarez Cabral, parvenant au Brésil en 1500… C’est grâce à de nouveaux outils de navigation, comme l’astrolabe  le quadrant ou l’arbalète que ces célèbres navigateurs portugais purent explorer et cartographier la planète, devenant les pionniers de la découverte des routes maritimes menant au Nouveau Monde. Grâce à eux, le Portugal put régner pendant plusieurs siècles sur un véritable empire colonial.

En référence à ces navigateurs, Leitão & Irmão a réalisé un astrolabe nautique en argent massif ciselé.

Développés au XVème siècle, les astrolabes nautiques étaient utilisés pour mesurer l’altitude du Soleil ou d’une étoile au-dessus de l’horizon. Les navigateurs pouvaient connaître la latitude d’un navire en déterminant la distance de l’équateur céleste du Soleil, de l’étoile polaire ou d’une autre étoile (in Bibliothèque numérique mondiale).
 


Autre référence de la Maison aux découvertes portugaises : La rose des vents
. Indiquant les quatre points cardinaux, et les orientations intermédiaires, la rose des vents fut un des repères essentiels pour les aventuriers-navigateurs.

C’est un élément que l’on retrouve fréquemment dans l’architecture lisboète. Ainsi, le Padrào dos Descobrimentos (le Monument des Découvertes) érigé une première fois en 1940 pour l’Exposition universelle, puis reconstruit en 1960 pour célébrer le cinq centième anniversaire de la mort du Prince Henri le navigateur (mécène  du début de l’expansion coloniale) possède un parterre couvert d’une immense rose des vents. Une carte du monde placée au centre de la rose des vents retrace les explorations portugaises.

Jorge Leitão explique que la rose des vents devaient être tenue secrète au temps du roi Manuel Ier : le roi souhaitait préserver l’avance des Portugais sur les autres puissances européennes et contrôlait tout ce qui se rapportait à la navigation, notamment les cartes marines et leurs roses des vents!

Plan du chapitre