Les diamants de la Collection Al Thani au Grand Palais

Vue de l’exposition Joyaux de la collection Al Thani. © Rmn-Grand Palais / Collection Al Thani

Jusqu’au 5 juin 2017 à Paris, Le Grand Palais présente l’exposition « Joyaux ». Deux-cent-soixante-dix-neuf œuvres retracent cinq siècles de joaillerie en Inde depuis les Grands Moghols jusqu’à nos jours. L’exposition est dominée par une collection privée : deux cent cinquante-huit œuvres présentées appartiennent à la Collection du Sheikh Hamad bin Abdullah Al Thani. L’exposition est remarquablement mise en scène par bGc Studio qui a transformé l’immense Salon d’Honneur en un univers digne des contes des Mille et une nuits.

Vue de l’exposition Joyaux de la collection Al Thani. Scénographie bGc studio. © Rmn-Grand Palais / Photo Didier Plowy

Sous l’égide d’Amina Taha-Hussein Okada, conservateur général au musée national des arts asiatiques -Guimet, et du Dr Amin Jaffer, conservateur en chef de la Collection Al Thani cette exposition met l’accent sur le dialogue nourri entre l’Inde et l’Europe depuis le XVIème siècle. Les premiers Européens à s’établir furent les Portugais, qui s’installèrent à Goa dès 1510. Ils engagèrent alors des échanges artistiques, techniques, et religieux avec la dynastie des Grands Moghols, comme en témoignent les œuvres des ateliers impériaux de l’empereur Akbar (1542-1605). De ces échanges naquit une influence réciproque, constante, qui culmina au début du XXème siècle, lorsque les Maharajahs venaient faire remonter leurs bijoux à l’Occidentale et que l’Europe se piquait d’exotisme oriental.

L’exposition s’ouvre sur les gemmes et les joyaux dynastiques du Trésor Moghol. Leur succèdent jades et objets en cristal de roche, objets en or et en émail, tous d’un raffinement artistique extrême. Les regalia et parures royales enflamment l’imagination : quelques instants, on se rêve Maharani – ou bien Sultan, Nizam, Nawab ou Maharajah! Les deux dernières sections font la part belle aux grands joailliers européens du XXème siècle, et en particulier à la maison Cartier. La dernière salle prouve, si besoin était, la forte identité de la création joaillière indienne, qui se poursuit magistralement aujourd’hui avec deux maîtres joailliers contemporains : le très renommé et mystérieux JAR et son alter ego basé à Mumbai, Viren Bhagat.

Le parcours de l’exposition est jalonné de centaines de diamants

Y figurent des diamants provenant d’Inde et d’Afrique du Sud « L’oeil du tigre », d’autres du Brésil, des diamants historiques tel « l’Agra » qui aurait appartenu à l’Empereur Babur (1483-1530) fondateur de la dynastie des Grands Moghols; des diamants à la couleur rare, au poids spectaculaire, à la pureté remarquable.

La diversité des formes et des tailles des diamants présentés offre également un panorama particulièrement intéressant des techniques lapidaires. Elle souligne les différences entre le goût européen pour la brillance, la symétrie, et le goût indien qui conserve à la gemme un maximum de poids.

La collection Al Thani dévoile le diamant sous toutes ses facettes. C’est pourquoi j’ai demandé au maître-diamantaire Eric Hamers de commenter certains des diamants sélectionnés pour cet article.

Plan du chapitre