Suzanne Belperron & la technique de l’or vierge

Quelques pièces emblématiques de la créatrice

 

Collier Escargot en or vierge et diamants montés sur platine. Plâtre provenant des archives de M. Olivier Baroin

Ce collier est typique du travail de Suzanne Belperron en ce qu’elle tentait toujours de donner du mouvement à la matière. Le motif enroulé, dit en escargot, pour sa forme spiralée est récurrent dans toute l’oeuvre de l’artiste. On peut le mettre en parallèle avec son travail sur les formes pointues et hélicoïdales des coquillages.

Des bijoux issus de la collection dessinée pour Cécyle Simon, grande amie de Suzanne Belperron.

Paire de boucles d’oreilles « escargot », Suzanne Belperron, circa 1970. Poinçon Darde & Cie sur l’une, poinçon Darde & Fils sur l’autre. Ce bijou faisait partie de la collection de Cécyle Simon.

Le 14 Mai 2013 à Genève, Sotheby’s mettait en vente trente-quatre superbes pièces créées par Suzanne Belperron pour sa grande amie Cécyle Simon. Y figuraient cinq bijoux emblématiques du style Belperron montés sur or vierge et créés en fin de carrière de la créatrice, entre les années 1970 et 1973 : le clip « Yin & Yang » (lot 4) présenté dans la page précédente, la « paire de boucles d’oreilles « escargots » (lot 6), les lots 9 et 7 présentés ci-dessus, et le « clip coquillage  » (lot 30).

Paire de boucles d’oreilles en forme de goutte, composée d’or vierge et de diamants taille brillant et poire, circa 1970. Poinçon Darde & Fils.
Bague or vierge et diamants, 1965-1970.

La bague ci-dessus n’est pas sans rappeler la propre bague de fiançailles de la créatrice. Elle est aussi très proche de la bague avec laquelle Marie Laforêt posait en couverture de Vogue en mars 1972.

Clip or et diamants, Suzanne Belperron, 1973. Poinçon Darde Fils.

 

Les bijoux en or vierge créés par Suzanne Belperron, entre 1923 et 1973, ont en commun de n’être pas ostentatoires. Les archives d’Olivier Baroin attestent qu’ils étaient principalement commandés par une clientèle élitiste, qui voulait du « Belperron », tout en souhaitant demeurer discrète, l’or vierge conférant une certaine « modestie » au bijou.

Karl Lagerfeld, grand collectionneur de pièces Belperron, dit de ces bijoux qu' »ils ne sont pas des « indicateurs de richesse ». Ils ne font jamais « habillé » ou « du soir ». Probablement est-ce une des clefs de ce succès intemporel…

Plan du chapitre