Diamants de couleur : une brillante compétition

lot 237
Diamant de Golconde de couleur « fancy light Orangy pink ». 11,49 carats. VS1. @Christies

Les gemmologues s’accordent à reconnaître dans le diamant la plus prestigieuse des gemmes.

Son étymologie vient du grec « adamas » qui signifie « indomptable ». C’est en effet la pierre précieuse la plus dure. Sur l’échelle de Mohs, sa dureté est de 10, c’est à dire qu’elle peut rayer toutes les autres pierres et que seul un autre diamant peut la rayer. Il faut faire attention néanmoins, notamment lors de la taille du brut ou du polissage, car le diamant est une pierre qui se clive – elle présente donc une certaine fragilité.
Le diamant peut-être transparent, translucide ou opaque et de toutes les couleurs, d’incolore à noir. Il diffracte la lumière dans les couleurs de l’arc-en-ciel : on dit qu’il brille de mille feux et son éclat est plus vif que celui de toutes les autres gemmes

Les spécialistes évaluent les diamants selon quatre critères universels que l’on appelle les  » 4C » : à savoir le poids en carat (« Carat », 1 carat = 0,20 g)), la couleur (« Colour », avec une échelle de D à Z), la pureté (« Clarity ») et la taille (« Cut »).

Selon les géologues, et pour reprendre l’expression d’Eloïse Gaillou, le diamant est « le messager de la terre profonde ».

Brièvement, rappelons que le diamant est un minéral constitué d’atomes de carbone (C) compactés cristallisant dans le système cubique. Son indice de réfraction est de 2,42 et sa densité de 3,52. Il se forme entre 150 km et 800 km de profondeur, sous de très hautes pressions et à de très hautes températures (de 1100 à 1200°c), dans des roches qui s’appellent éclogites et péridotites et qui constituent  le manteau terrestre. Il se pourrait que le carbone, quant à lui, soit puisé dans le noyau de fer de notre planète.

Comment le diamant remonte-t-il à la surface ? Le diamant remonte grâce à des phénomènes éruptifs qui le propulsent à une extrême vitesse en surface : de 4 à 20 mètres par seconde. Dans les cas extrêmes, le diamant est propulsé à la vitesse du son. C’est cette vitesse qui empêche le diamant de se transformer en sa forme basse pression/basse température, le graphite.

Ces éruptions révèlent le manteau terrestre en profondeur. La kimberlite est le nom de la lave qui, sur son passage, arrache les diamants à leur roche-mère et les remonte en surface. Le diamant ainsi que ses inclusions (grenat, ilménite, diopside, graphite) restent identiques en surface à ce qu’ils sont dans les entrailles de la terre, contrairement à toutes les autres roches, qui remontent transformées.

Quelles sont les différents types de roches où l’on trouve du diamant? La kimberlite est la principale roche-hôte du diamant. Les premières kimberlites ont été localisées en Afrique du Sud, à la fin du XIXe siècle, sur le site de Kimberley, d’où leur nom. Ces roches ont souvent été démolies par l’érosion, et les diamants, extrêmement résistants, ont été retrouvés dans les graviers. Les principaux pays producteurs de diamants issus de formations alluvionnaires (rives des cours d’eau) sont l’Inde, le Brésil, Bornéo, l’Afrique centrale et la Namibie. Quelques diamants se forment dans une autre roche « hôte » que la kimberlite, comme la lamproïte, dont sont extraits par exemple les diamants des mines d’Argyle en Australie. Enfin, quelques diamants présentant principalement un intérêt géologique proviennent de la lamprophyre qui se trouve dans les plus vieux cratons terrestres comme à Wawa, dans l’Ontario au Canada.

Peut-on déterminer l’âge des diamants?  La réponse est oui ! Les inclusions et les petits éléments chimiques permettent une datation assez précise aujourd’hui. Les plus jeunes diamants ont une soixantaine de millions d’années et les plus anciens trois milliards d’années, la plupart des diamants étant « âgés » d’un milliard d’années. C’est pourquoi le diamant est par excellence le « témoin du passé »(E.Gaillou).

Du point de vue historique, on ne peut parler de diamants sans évoquer l’Inde, le Brésil et l’Afrique.

L’Inde est le berceau du diamant. En particulier, les mythiques mines de Golconde d’où sont issus les plus anciens et les plus beaux diamants. Les empereurs moghols accumulaient massivement les diamants qui en étaient extraits et les maharajahs qui les suivirent s’en parèrent ostentatoirement durant quelques décennies. Rappelons que c’est en Inde que Jean-Baptiste Tavernier acquit pour Louis XIV le merveilleux diamant Bleu de la Couronne de France, aujourd’hui retaillé et baptisé le Hope. C’est aussi d’Inde que provient le Régent, considéré comme le plus beau diamant historique du monde.

4 le Régent
Diamant le Régent – Photo (C) RMN-Grand Palais / Droits réservés

Au Brésil, les gisements ont été trouvés vers 1725 au moment où les mines indiennes commençaient à s’épuiser. Les gisements brésiliens continuent à faire rêver de nombreux chasseurs de gemmes. En 1938, deux « garimpeiros » (chasseurs d’or) ont découvert dans les alluvions du Rio San Antonio dans le district de Coromandel, un énorme diamant brut de 726 carats qui fut taillé en 29 pierres et dont est issu le célèbre « Président Vargas » un des plus gros diamants du monde : 44,17 carats, de couleur D et de type IIa (nous allons revenir sur la signification de ce type un peu plus bas)

En Afrique, la découverte des premiers gisements de diamants s’est faite en Afrique du Sud. Le premier diamant trouvé en 1866 fut appelé « Eureka »

the Eureka diamond 21 25 carats bruts orange river kimberley mine museum 1966
Le diamant Eureka, brut de 21,25 carats découvert en 1866 en Afrique du Sud . Kimberley Mine Museum.

mais c’est « L’étoile de l’Afrique du Sud », un diamant brut de 83,5 carat découvert en 1869 par un berger Griqua, qui a déclenché la première ruée vers le diamant.

the star of Africa
L’Etoile de l’Afrique du Sud, diamant découvert en 1869. London’s Natural History Museum

La découverte de ces mines africaines a permis de comprendre que les diamants proviennent des cheminées des volcans par lesquelles ils sont remontés. Leur extraction ne se fait plus seulement dans des gisements de surfaces mais s’effectue principalement dans des gisements primaires (pipes kimberlitiques) à ciel ouvert (carrière) ou en souterrain. Il faut traiter en moyenne 200 tonnes de roches pour trouver un carat de diamant…

La découverte de ces gisements à la fin du XIXème siècle a amené la fondation du groupe De Beers qui a longtemps dominé le marché mondial du diamant et instauré un des cartels les plus longs de l’histoire récente.

Les sous-sols de l’Afrique du Centre et du Sud sont riches et de nos jours d’importants gisements de diamants sont exploités au Botswana, en Angola, au Congo, en Namibie et toujours, en Afrique du Sud..

carte d'implantation des mines de diamants
carte d’implantation des mines de diamants. @http://www.diamants-infos.com

Aujourd’hui, la plupart des autres grandes mines hors Afrique se trouvent en Russie où d’importants gisements ont été découverts dans les années 1950, en Australie et aussi, depuis 1999, au Canada qui est devenu le nouvel Eldorado du diamant.

Les centres de taille des diamants se sont internationalisés. La taille des gemmes se fait non plus seulement à Anvers, New York ou en Israël, mais généralement en Inde, en Chine ou en Afrique du Sud.

Plan du chapitre